FN-NATION: Accueil du Portail FN-LUTTE: Section lutte : Nouvelles , chroniques, analyses ppv , wwe , tna , etc... FN-JOURNAL : Le FN-Journal : Chroniques sur la musique, la lutte et autres... FN-FORUM: Le FN-FORUM : Discussions pour les membres de la FN-NATION Infos: Pour en savoir plus sur FN-NATION
http://forum.fnnation.com
Précédent   F'N Forum > FN-LUTTE > Chroniques FN-Lutte
S'inscrire FAQ Membres Groupes sociaux Marquer les forums comme lus

Chroniques FN-Lutte Chroniques du staff portant sur la lutte

Le mouvement #SpeakingOut a-t-il encore du sens ?
FN-JOURNAL: Chroniques FN-Lutte

Réponse
 
Outils de la discussion
  #1  
Vieux Chronique de Maximo, publiée 25/06/2020, 17h40
Avatar de Maximo
Maximo Maximo est déconnecté
 

Le mouvement #SpeakingOut a-t-il encore du sens ?





Le titre peut sonner à première vue comme une provocation mais le sujet mérite vraiment d’être abordé.

Il y a tout juste une semaine, David Starr a fait irruption dans l’actualité lutte après qu’une ex ait décidé de publiquement révéler au grand jour qui il était vraiment. Il est ainsi reproché à l’américain une manipulation mentale et émotionnelle mais surtout d’avoir violé plusieurs femmes, visiblement plusieurs ex-petites amies. Dans la foulée, Starr s’est pris la foudre en se faisant lâcher par toutes les promotions qui le bookaient jusqu’ici et plus largement, par tout le monde de la lutte. Malgré son mea culpa et sa défense sur le fait d’être un prédateur sexuel, la carrière du lutteur semble dorénavant terminée et depuis il se cache, désactivant son compte Twitter pour se faire oublier.

C’est suite à ce message que le mouvement #SpeakingOut a vu le jour. Le but était de libérer la parole des femmes afin d’évoquer tous les comportements déplacés de la part des hommes du monde de la lutte. Les hommes avaient également la possibilité d’en faire de même, mais seuls Keith Lee et TJP se sont présentés comme des victimes, une goutte d’eau devant la tonne de témoignages féminins qui sont arrivés. A chaque nouveau témoignage avec la dénonciation d’un ou plusieurs lutteurs, Twitter félicitait massivement la victime ayant oser prendre la parole et plus se cacher. A contrario le lutteur désigné se faisait basher et peu importe ce qu’il disait ensuite, il était coupable.

Le mouvement #SpeakingOut a eu beaucoup de bon. Cela a permis de débusquer des lutteurs ayant pris un peu trop la confiance et se sentant intouchable. Le nom de Joey Ryan revient forcément en tête. Si on peut douter de la véracité d’un tweet dénonciateur, voir une quinzaine de femmes différentes, s’exprimant souvent à visage découvert, évoquer l’attitude déplacée du lutteur ne peut être considérée comme une simple jalousie et la volonté de profiter du moment pour le faire tomber. Même si Ryan était un worker très apprécié, le fait d’apprendre tout cela à son sujet, avec des histoires qui se recoupent et le lutteur lui-même faisant un mea-culpa et de facto confirmant, ne peut que décevoir et pousser les fans à blacklister Ryan. Est-ce que le monde de la lutte se portera mieux sans un nom aussi connu que celui de Ryan ? C’est probable que oui.

Très clairement le mouvement a permis de faire réaliser que personne n’était intouchable ni indispensable. Cela ne peut qu’être bénéfique au business avec un avertissement évident pour les lutteurs que toute sortie de route peut être significative de fin de carrière. Il y eut cependant un tournant avec Matt Riddle. La lutteuse Indy Candy Cartwright l’a ainsi accusé de l’avoir menacé de la violer puis de l’avoir obligé à lui faire une fellation. Pour la première fois depuis le lancement du mouvement, la personne désignée a cependant défendu de manière véhémente ce qui lui était reproché et évoqué le manque de sincérité de l’accusatrice. Alors que jusqu’ici tous les accusés faisaient profils bas, reconnaissaient des erreurs mais défendaient timidement ce qui leur était reproché, Riddle a lui été catégorique dans le fait que tout ce qui lui était reproché était faux. Voir également la femme du lutteur de Smackdown prendre la parole pour remettre en cause la parole de Cartwright faisait douter également.

Jusqu’ici il était plutôt compris que tout ce que les accusatrices disaient étaient vrais. Maintenant la question se pose à chaque fois de savoir si tout ce qui est dit sur Twitter est vrai ou non. D’autant plus que si les accusations se faisaient initialement à visage découvert, de plus en plus les dénonciations se font anonymement, ce qui a tendance à moins accorder de confiance aux propos accusateurs. Le ressenti au tour de cette seconde phase du #SpeakingOut est qu’il pourrait très bien être possible pour quelqu’un de mal intentionné de vouloir anonymement flinguer un autre lutteur pour X raisons en lui mettant sur le dos une fausse affaire. Si on pourrait penser qu’il s’agit d’une manière de penser purement masculine avec une forme de soutien de genre, de plus en plus de femmes, comme la lutteuse Barbi Hayden, alerte sur la dérive que pourrait prendre le mouvement.


On remarque effectivement que les faits reprocher au début du #SpeakingOut étaient particulièrement grave avec des cas de viols ou d’abus sexuels. Les nouvelles "affaires" s’avèrent elles de moins en moins grave. Il y a actuellement une tendance à vouloir reprocher aux entraineurs de se montrer trop stiff. Le premier réflexe est déjà de se dire que les entrainements lors des années 90 ou 2000 devraient probablement être pires mais cela n’est pas un vrai argument de défense. Dans ces cas d’entrainements trop stiff, seul le point de vue de la victime est connu et pour de nombreuses personnes sur Twitter, considéré comme la seule vérité. Les reproches sont toujours les mêmes également: entrainement trop violents, bleus sur le corps, violence verbale, intimidations, abus de pouvoir. Si nous n’étions pas sur un site de lutte, on aurait pu penser que l’on parle du parcours de formation de l’armé. Vivement que les bizuts de la république prennent la parole pour se plaindre. Sauf que la lutte est un sport physique et les blessures peuvent intervenir à tout moment. Des coachs autoritaires, il y en a partout à partir du moment où une relation de hiérarchie entre deux personnes existe. Le fait d’être violent avec des mineurs ? Oui c’est logique vu que l’on retrouve énormément de mineurs aux entrainements. Que doit-il être fait alors ? un entrainement à la carte pour les mineurs ? Les interdire avant l’âge de maturité ?

Ces derniers jours du mouvement montrent également l’évolution néfaste du #SpeakingOut. Alors qu’au début tous les cas d’agressions sexuelles étaient des actes pénalement condamnables, on s’en éloigne progressivement. Déjà le cas des entrainements trop stiff est dans la zone grise du condamnable. Une nouvelle vague vient d’arriver il y a peu cependant, celle du tout à fait légal mais on veut montrer que l’accusé est quand même un salaud. Dans ces cas-là, l’exemple de Darby Allin est parfait avec la plainte d’une ex. Comme rien n’est faisable légalement envers l’accusé, l’accusateur semble systématiquement chercher à grossir le trait en évoquant des blessures et actes qui sont invérifiables. C’est ainsi que les termes de "manipulations mentales" et "traumatismes émotionnels" sont de plus en plus utilisés par les victimes pour s’attirer la sympathie de la twittosphère et faire passer l’accusé pour un vil manipulateur. Allin se retrouve ainsi dans cette situation. Son ex-petite amie lui reproche ainsi d’avoir eu une volonté différente de la sienne et d’avoir essayé de voir son idée aboutir. Dit de cette façon cela ressemble à une relation de couple ordinaire mais saupoudré de manipulation mentale et traumatisme émotionnel, avec un parti pris évident dans la présentation des faits et l’assurance que la première version est généralement interprétée comme vraie, Allin passe du coup pour un salaud.

Contrairement à ce que les derniers paragraphes pourraient le laisser penser, le mouvement #SpeakingOut a eu énormément de bons. Cela a permis de faire du tri dans le monde de la lutte et le business repartira, tant bien que mal, sur de bonnes bases. La nature ayant horreur du vide, les gros noms depuis blacklistés seront très vite remplacés. L’inconvénient est que son objectif est trop large. L’idée initiale de ne plus taire les comportements inadmissibles du monde de la lutte était noble. Les faits reprochés n’ont cependant pas tous la même gravité. Un Darby Allin et un Joey Ryan se sont ainsi tous les deux pris le hashtag #SpeakingOut dans la gueule alors que leurs cas sont diamétralement opposés. Alors que l’on aurait pu penser que le mouvement visait à nettoyer les mauvaises pratiques du business de la lutte comme lors des shows ou des entrainements, le hashtag passe maintenant aux reproches faits aux lutteurs dans leur vie privée et n’ayant plus aucun lien direct avec le monde de la lutte. Pas sur que le hashtag #SpeakingOut arrive à avoir le bras si long au point de changer jusqu'à la société civile.





Vos commentaires
  #2  
Vieux 25/06/2020, 18h09
Mister c
 
Oui et non.

Oui si on reste sur des cas précis qui reste dans le cadre des violences sexuelle dans la lutte ou de personne utilisant la lutte pour arriver à leur fins (Ryan,Saraya Knight,Elgin...)

Mais Non dans d'autre cas. Crist c'est privé (pas moins condamnable) et Allin... Il a levé la voix!

En fait c'est parti de liberons la parole sur les violences sexuelles à liberons la parole sur les dérives des lutteurs (en tant que lutteurs mais surtout en tant qu'humains). Et là c'est la limite du système.
Réponse avec citation
  #3  
Vieux 25/06/2020, 18h20
Bogora
 
Grosso modo c'est ce que je disais hier à propos de Guevara qui se retrouve au banc des accusés avec Ryan & Co alors qu'il n'a rien fait de pénalement répréhensible mais un PNJ SJW comme Road Rage est venu dire le contraire.

C'est bien qu'on commence enfin à remettre en question ce qui est balancé sur les réseaux !
Réponse avec citation
  #4  
Vieux 25/06/2020, 18h23
Thibz
 
Très bien résumé.

Comme pour beaucoup de ces mouvements l'intention est louable au départ et remet les choses en place dans le milieu. Milieu qui semble plutôt macho et un arriéré sur ce sujet de la relation hommes/femmes avec des lutteurs qui se sentent surpuissants au point d'agresser sexuellement des femmes.

MAIS, comme à chaque fois on a des rebuts qui prétendent s'être fait agresser sous fond de vengeance personnelle qui a sans doute une origine totalement différente. Le cas Riddle en est un bon exemple, et prouver que tu n'as PAS agressé telle personne est bien plus compliqué que le contraire. C'est pas parce qu'une personne ramdom a balancé qqc sur Twitter que c'est véridique.

Mais l'évolution de ce mouvement me plaît pas trop. Pas mal de monde tente de se l'approprier pour justifier un mécontentement divers, au point que le mouvement n'a déjà plus grand chose à voir avec ce qu'il était au début. Le tirage de couverture a encore de beaux jours devant lui.

Ce qu'on va voir maintenant c'est un tas de personnes frustrées (hommes comme femmes) qui vont venir balancer leurs seaux de merde parce qu'elles ont été vexées par telle personne un jour. Du grand n'importe quoi.
Réponse avec citation
  #5  
Vieux 25/06/2020, 18h24
Johnny B. Brand
 
On partage la même vision du bordel.

C'est très bien que ce mouvement profite aux femmes qui ont eu toujours ce sentiment d'injustice face au starpower des lutteurs qui les rendaient intouchables, c'est très bien de mettre au grand jours des salopards comme Starr ou Ryan. Sur le papier oui !

Mais aujourd'hui, le moindre trauma humain qu'on a tous plus ou moins partagé selon la vie qu'on a vécu est devenu un prétexte. Tu le dis très bien même dans ton billet d'humeur. On a tous plus ou moins connu des périodes dans nos vies où la manipulation, la traitrise et la malhonnêteté faisait partie de notre quotidien. J'ai longtemps était sous l'emprise d'une ex très toxique, car j'étais très faible d'esprit, très jeune dans ma tête, immature, en proie à énormément de stresse pour tout un tas de raison... mais qui n'a pas vécu des moments durs dans sa vie et dans ses relations amoureuse sérieusement ?

Balancer des enculés qui profite de leur notoriété et de leur emprise pour enfiler des gants de latexe noire et enculé la vie des gens, oui, un gros oui.

Salir le nom de worker parce qu'attention il fait bobo aux entrainements, ouin ouin je supporte pas la pression, bouh bouh mon ex était dur avec moi... c'est bon...

Je soutiendrai toujours les personnes qui dénonceront des actes grave - qui comme tu l'as si bien dit Maximo, sont répréhensible pénalement - mais ça s’arrêtera là.`
Il sera bon de faire un bilan une fois que tout les noms ce seront tassé, avec les accusations de chacun ainsi que les répercutions dans leur carrière, car entre l'OTT qui se sépare de son champion phare, la Progress qui stop net toute son orga pour repartir à zéro, les talents de la WWE accusés, virés, mis de côtés, la Chikara qui ferme, les Scurll, Guevara, Ospreay, Allin etc. ça devient un gloubiboulga de témoignages allant du terriblement grave à l'anecdotique.
Réponse avec citation
  #6  
Vieux 25/06/2020, 18h33
RainMakeR
 
comme tous les mouvements sur twitter il va y'avoir enormement de victimes collaterales.
Oui les predateurs faut les virer, mais dans le lot j'ai peur que y'ait des mecs qui n'ont rien fait qui se retrouve blacklisté.

Ca va finir comme tout aux usas, les mecs et les nanas n'auront plus le droit d'etres dans un ring ou la meme piece parce qu'on sait jamais, un des 2 pourrait tenter de démarrer une discussion, et ca pourrait etre pris pour une agression sexuelle....

Mais sinon je vous plussoie, si l'entrainement de catch est trop dur, et bah tu changes d'ecole ou de coach... et si tout le monde et/ou tous les entrainements sont trop durs, et bah c'est que t'es pas fait pour ca
Réponse avec citation
  #7  
Vieux 25/06/2020, 18h37
Frofro
 
C’est un peu comme quand tu pêches : parfois tu vas tomber sur de gros poissons, et parfois tu vas tirer une vieille godasse puante ou un sac plastique Prisunic 1988. Faut savoir faire le tri quoi...
Réponse avec citation
  #8  
Vieux 25/06/2020, 18h48
Ralgrad
 
Bonne chronique Maximo.
Réponse avec citation
  #9  
Vieux 25/06/2020, 19h12
kronik
 
Je suis plus très sûr de la chronologie des événements sur ce coup : sable avait pas deposer plainte pour harcèlement sexuel contre vince et ressigner un contrat très lucratif par la suite ?
Réponse avec citation
  #10  
Vieux 25/06/2020, 19h14
kronik
 
J’en oublie l’essentiel : très bonne chronique, pour laquelle je partage le point de vue
Réponse avec citation
  #11  
Vieux 27/06/2020, 05h50
b_lemieux
 
Mon problème avec ça... Facile de détruire une réputation !

Même ici au Québec ça vollé bas
Réponse avec citation
  #12  
Vieux 27/06/2020, 07h18
Road Rage
 
Citation:
Envoyé par Bogora Voir le message
Grosso modo c'est ce que je disais hier à propos de Guevara qui se retrouve au banc des accusés avec Ryan & Co alors qu'il n'a rien fait de pénalement répréhensible mais un PNJ SJW comme Road Rage est venu dire le contraire.

C'est bien qu'on commence enfin à remettre en question ce qui est balancé sur les réseaux !
C’est bien, tu connais pas tes lois.
Citation:
Just like other kinds of bullying, sexual harassment can involve comments, gestures, actions, or attention that is intended to hurt, offend, or intimidate another person.

(...)

Sexual harassment may be verbal (like making comments about someone), but it doesn't have to be spoken.
Citation:
The following list is not exhaustive, but it should help to identify what may be sexual and gender-based harassment:

derogatory language and/or comments toward women
Réponse avec citation
  #13  
Vieux 27/06/2020, 11h37
Lsinyuan
 
Citation:
Envoyé par Thibz Voir le message
Milieu qui semble plutôt macho et un arriéré sur ce sujet de la relation hommes/femmes avec des lutteurs qui se sentent surpuissants au point d'agresser sexuellement des femmes.

Je ne pense pas que ça se limite aux groupes où le machisme verbal est assumé et valorisé...


En France, l'UNEF s'était fait soutien officiel de tout mouvement féministe, y compris les plus trash, et on a découvert en 2017 que les leaders du groupe étaient des sales petits prédateurs qui se vantaient de faire ce qu'ils voulaient du fait de leur "bonne image"...
Réponse avec citation
  #14  
Vieux 27/06/2020, 14h10
Sir Crocodile
 
Citation:
Envoyé par Road Rage Voir le message
C’est bien, tu connais pas tes lois.
Ferme ta gueule
Réponse avec citation
  #15  
Vieux 28/06/2020, 15h31
EdgeRulz
 
Bon, j'ai abandonné la chronique que j'avais entamé sur le même sujet mais c'est pour faire qu'on aura eu une semaine de fou, entre ça mais aussi l'effet du COVID, ainsi que le renvoi controversé de Tessa et l'affaire des menaces entourant Bliss.

Le mouvement peut avoir du sens mais les RS profitent malheureusement à n'importe qui.
Réponse avec citation
Réponse



Liens sociaux

Navigation Rapide
Précédent   F'N Forum > FN-LUTTE > Chroniques FN-Lutte
Outils de la discussion

Navigation rapide

Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 12h21.

FNNATION.COM
Édité par : vBulletin® version 3.8.9
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Créé par RaZor Edge - Cliquez pour voir le profil

Conception et réalisation: RaZor Edge
Une production: FN-NATION et son équipe
FN-NATION © 2001 - 2020
Un présentation fnnation.com
 
Page generated in 0,17474 seconds with 8 queries