FN-NATION: Accueil du Portail FN-LUTTE: Section lutte : Nouvelles , chroniques, analyses ppv , wwe , tna , etc... FN-JOURNAL : Le FN-Journal : Chroniques sur la musique, la lutte et autres... FN-FORUM: Le FN-FORUM : Discussions pour les membres de la FN-NATION Infos: Pour en savoir plus sur FN-NATION
http://forum.fnnation.com
Précédent   F'N Forum > FN-LUTTE > Chroniques FN-Lutte
S'inscrire FAQ Membres Groupes sociaux Marquer les forums comme lus

Chroniques FN-Lutte Chroniques du staff portant sur la lutte

La fermeture de la SWE : Le paradoxe du circuit britannique
FN-JOURNAL: Chroniques FN-Lutte

Réponse
 
Outils de la discussion
  #1  
Vieux Chronique de Eleven, publiée 01/10/2019, 21h57
Avatar de Eleven
Eleven Eleven est actuellement connecté
 

La fermeture de la SWE : Le paradoxe du circuit britannique



En février dernier j'avais posté une chronique notant le fait que les grosses compagnies de lutte avaient potentiellement usé le circuit indépendant, que vous pouvez trouver ici. Seulement beaucoup de choses ont changé, d'abord l'AEW a officiellement fait son entrée sur le marché de la lutte entraînant une vague de récupération de talents assez aberrante, sujet fort intéressant s'il en est, néanmoins aujourd'hui ce n'est pas de cela dont je vais parler. Effectivement, je vais me pencher sur quelque chose qui, selon moi, est le paradoxe du monde la lutte aujourd'hui, le circuit britannique.

Si j'ai choisi ce thème pour cette chronique ce n'est pas pour rien, vous l'avez bien lu au titre, il s'est passé un événement important récemment puisque l'une des compagnies les plus importantes du circuit UK la Southside Wrestling a confirmé au début du mois sa fermeture prochaine et son incorporation au sein de la RevPro, fédération amie de la New Japan Pro Wrestling si chère à FNLutte. C'est autour de cet événement qui restera probablement la dernière pierre posée à la tombe du circuit britannique dit classique que je vais développer mon idée. L'idée d'une lutte qui de plus en plus s'industrialise et apprend à vivre aux dépens des grandes industries plutôt que par soi-même, d'une certaine manière l'aube d'une nouvelle ère dans la vaste histoire de la lutte.

I Le Circuit Britannique, une vaste terre remplie de talents divisés et absorbé au fur et à mesure par les grosses cylindrées.


Si le titre de ce chapitre ressemble fortement à un titre d'une de vos classiques dissertations d'histoire c'est normal et c'est même voulu. Fut-il un temps où la WWE et la NJPW n'avait pas encore mis le nez dans le circuit britannique et où les fédérations réussissaient à survivre par elle-même néanmoins si vous avez lu ma première chronique citée dans l'introduction vous devez savoir que j'avais soulevé le principe d'évoluer ou mourir. Et bien le circuit anglais c'est un peu devenu la démonstration exacte de ce que je citais et d'un très bel exemple puisque littéralement la plus grosse compagnie n'ayant pas souhaité évolué a récemment confirmé qu'elle va mettre la clé sous la porte et fermer pour de bon avant que ses talents et son staff soit incorporé dans une bonne petite fédération bien rangée dans un camp.

Effectivement ces dernières années le catch britannique s'est divisé clairement et d'une façon assez unique pour le moment entre deux groupes, les fédérations qui se sont tournés vers le produit américain notamment la Progress ou encore l'Over The Top qui sont aujourd'hui très dépendante en matière de star power de la WWE et surtout de NXT Uk pour la plupart des stars qu'elles utilisent, et les fédérations qui se sont tournés vers le produit nippon à savoir principalement la RevPro qui aujourd'hui dépend énormément de la NJPW en terme de star power et même la ceinture principale de la RevPro se retrouve aujourd'hui défendu très régulièrement, et de manière assez ridicule, à la NJPW dans des shows de moyenne envergure.

Je tiens à préciser que je ne suis pas là pour blâmer les compagnies de ces choix, il faut savoir que c'est nettement compréhensible de choisir cette voie-là pour éviter la fermeture comme la SWE. Par ailleurs on peut partir du principe qu'énormément de talents anglais on fait leur route vers NXT Uk et que certains très gros noms ont filé vers la NJPW obligeant presque ces compagnies à effectuer des rapprochements pour pouvoir encore proposer un contenu viable tout en profitant d'une certaine exposition dû aux programmes des grosses cylindrées.

Ce que je souhaite pointer du doigt à travers ce premier exemple c'est comment d'une façon tout à fait banale et en seulement quelques années les deux principales fédérations d'aujourd'hui ont réussis à s'accaparer un circuit indépendant entier et à tuer ceux qui refusaient de se lier à eux au fur et à mesure sans que l'on ne s'en rende réellement compte, nous, les fans de lutte.

II S'adapter ou mourir part II : Les méfaits de l'évolution du circuit britannique.


Ce sujet si vous avez lu ma dernière chronique en date, j'aime insister pour me faire de la pub à moi-même, vous le savez c'est un sujet qui me passionne aujourd'hui. J'adore suivre l'écosystème qui entoure les fédérations et comment certaines se soumettent aux autres pour mieux survivre surtout dans un monde où peu de temps auparavant on se contentait d'offrir une grosse mallette pour racheter une fédération, la fermer et mettre la main sur les talents de celle-ci. Hors ce sujet concerne particulièrement ces trois fédérations citées dans le titre, la Progress, l'OTT et la RevPro qui toutes entre elles ont pour même lien d'être dépendantes de quelque chose. C'est une dépendance aussi bénéfique que négative vous vous en doutez bien, tout n'est pas négatif mais je vais commencer par pointer du doigt ce qui dérange avant de négocier une arrivée sur ce qui est bénéfique pour finir sur une note à minima optimiste.

D'abord la première chose qui est négative, vous vous en doutez bien, c'est cette dépendance ulcérante que semble avoir désormais le circuit britannique vis à vis de ces compagnies et surtout le pouvoir qu'ont celle-ci sur la présence ou non de certaines des plus grosses stars de ces compagnies. Ce modèle montre des grandes limites notamment vis à vis de la suite puisque mettons qu'un jour la WWE se retire par exemple du circuit indy et concentre ses stars à être à NXT Uk pour faire des directs lives (c'est peu probable mais c'est un exemple) comment peut-on garantir la survie de la Progress ou de l'OTT ? Alors certains vont me dire qu'il existe d'autres superstars qui ne sont pas sous la bannière de la WWE mais je leur répondrais à ceux-ci qu'aujourd'hui mise à part les Aussie Open mettons, la plupart des lutteurs têtes d'affiches qui sont connus par le grand public européen sont signées chez ces compagnies. Donc si la WWE venait à se retirer ce serait probablement un désastre absolu pour le circuit britannique qui devrait se reconstruire difficilement et en mettant du temps.

Ensuite il y a l'utilisation de ces fédérations, si j'ai utilisé la WWE sur le premier exemple c'était pour mieux pouvoir utiliser la NJPW sur cet argument parce que pour moi c'est la définition même de ce qui me dérange dans le circuit britannique actuel. On va parler un peu de la RevPro et vous allez probablement vous rendre compte que je méprise particulièrement cette compagnie aussi bonne soit-elle et je m'en excuse néanmoins il n'y a pas plus mauvaise relation que la RevPro et la NJPW, c'est une relation, voir la relation, la plus toxique pour une compagnie britannique qui existe aujourd'hui et qui a pu exister et je dis britannique par gentillesse parce que pour c'est la plus mauvaise relation de l'histoire de la lutte entre deux compagnies.

Alors pourquoi ? Parce qu'aujourd'hui la RevPro est reléguée exactement à un rôle secondaire alors que c'est l'une des principales fédérations britanniques et européennes. Alors vous vous dites logiquement que la relation doit être formidable et doit permettre de ramener fort nombreuses stars nippones en Angleterre pour cette compagnie. Ah, vous êtes bien crédules car effectivement au contraire c'est la RevPro qui permet à la NJPW de pouvoir poser pied dans les îles britanniques et de tenir des shows où elle utilise les gros noms qui luttent régulièrement chez leur petite soeur britannique. Sans compter le fait qu'aujourd'hui le titre majeur de la RevPro soit un vulgaire titre secondaire plus souvent défendu au Japon qu'en Europe, logique.

Mais souriez, au moins vous pouvez voir un Okada/Suzuki à Londres, ça soulage un peu la conscience pis on se dit que c'est formidable pendant que Sabre Jr fait encore le co-main-event dans son propre pays pour perdre pour la 52ème fois une des ceintures européennes les plus importantes en faveur d'un Tanahashi qui ne foutra jamais un seul pied sur un ring de la RevPro et qui le perdra le show important suivant vite fait histoire de.

III S'adapter ou Mourir part II : Les bien faits de l'évolution du circuit britannique.


Bien, maintenant que j'ai craché mon venin sur la honte que sont la RevPro et son traitement par nos chers amis de la NJPW adoré par le Daniel Riolo du catch notre bon ami Norbert Feuillan, on va pouvoir se concentrer sur ce qui est bien. Parce que forcément y a des choses biens même dans ce qui parait le plus horrible et que je vous décris un tellement mauvais portrait de cette évolution que je m'en voudrais de ne pas décharger un peu le poids des épaules de nos britanniques.

D'abord il faut être honnête quand je critique la NJPW qui se ramène en Angleterre pour ses propres shows y a des choses bien là-dedans pour le spectateur de lutte lambda qui aime juste aller à un bon show de catch pour voir des stars internationales en plus à à peine quelques heures de chez lui en bateau ou en train. Bref, ça ramène du star power en Europe surtout avec des évènements comme Royal Quest ou on peut avoir la chance d'apercevoir un Kazuchika Okada ce qui est à la normale quelque chose d'assez peu commun en Europe. D'autant plus que dans d'autres cas ça nous permet de continuer de pouvoir voir certains beaux noms du circuit indy anglais avec notamment les GYV, Jordan Devlin ou encore Will Ospreay régulièrement dans nos contrées européennes nous empêchant d'être totalement privées de pouvoir assister à leurs matchs. Bref, c'est pas la Bérézina non plus.

Autre fait ça permet aussi d'une certaine façon de mettre un projecteur sur l'Europe et de montrer ce qu'il s'y fait, volontairement ou non, et d'inviter le spectateur WWE ou NJPW classique à approfondir et à regarder ce qui se fait dans ses propres contrées donc des fédérations comme la wXw, la Progress, l'OTT, la RevPro et peut-être qu'un jour ces derniers se retrouveront au studio janis ou à Ouest Catch ou Dieu sait où à découvrir nos talents français que ce soit du plus grand des talents comme Tristan Archer, Thiago Montero, Aigle Blanc, Senza Volto, Amale, Faust aux plus modestes en d'autres termes d'une certaine manière c'est une invitation voulue ou non à s'ouvrir sur le vaste monde qu'est la lutte et qui ne se limite pas qu'aux gigantesques compagnies qui avalent tout sur leur passage.

IV Conclusion : la fermeture de la SWE, est-ce vraiment la fin d'une ère pour le circuit britannique ?

C'est une question fort difficile à répondre mais j'aurais tendance à dire que d'une certaine manière, oui. L’absorption de la SWE par la RevPro me conduit à cette réflexion qui me fait dire que peut-être nous sommes en train d'assister à ce dont je redoutais fortement dans ma première chronique, une évolution qui absorbe le véritable circuit indépendant pour laisser place à des sous-promotions charger de la formation et du développement de stars qui futurement seront envoyées vers les plus grosses promotions. Le seul hic pour le moment dans cette réflexion c'est la présence d'irréductibles même s'ils se font rares et commence eux-mêmes pour certains à se rapprocher de certaines grosses cylindrées.

La question surtout qui vient ensuite, c'est quoi le futur et les dangers pour les fédérations qui vont devoir suivre cette façon de faire ? Est-ce que l'Europe et particulièrement sa plateforme britannique vont devenir des vulgaires moyens de s'élancer et de se faire un nom avant d'être propulsé d'une certaine manière vers une plus grosse cylindrée ? D'une certaine manière c'est déjà le cas et pour le coup peut-être que pour les talents ce ne serait pas une mauvaise chose, ça faciliterait l'évolution pour eux mais ça priverait peut-être de beaucoup de choses nos beaux territoires d'affrontements fort alléchants d'autant plus quand on sait que la AEW, qui possède quelques talents britanniques, la WWE et la NJPW n'aiment guère mettre leur talent ensemble dans un ring au profit d'une autre promotion.

Bref, il suffit aujourd'hui de scruter et d'attendre puisque nous ne pouvons faire guère mieux que cela tout en espérant que l'une ou l'autre des manières de faire s'imposera et que le modèle se réglera par lui-même sans oublier qu'avant tout c'est la lutte qui doit compter pour les fans plus que les gros sous et les jeux d'échecs entre les fédérations majeures.



Vos commentaires
  #2  
Vieux 02/10/2019, 04h51
Maximo
 
Studio Jenny*

Je trouve cette chronique très alarmiste. Oui la RevPro est dépendante de la NJPW et la Progress de la WWE, mais pour les très grosses cartes et afin de proposer un peu plus de star power et des affiches inédites.

Les compagnies anglaises continueront toujours à être là même si la NJPW et WWE coupent les ponts, leur interdisent la présence de leurs lutteurs sous contrat et leur pique les stars UK venant à peine d'émerger. C'est juste que les cartes des shows seront forcément moins aguichantes, donc moins de regards sur le produit.
Réponse avec citation
  #3  
Vieux 02/10/2019, 13h46
Eleven
 
Citation:
Envoyé par Maximo Voir le message
Studio Jenny*

Je trouve cette chronique très alarmiste. Oui la RevPro est dépendante de la NJPW et la Progress de la WWE, mais pour les très grosses cartes et afin de proposer un peu plus de star power et des affiches inédites.

Les compagnies anglaises continueront toujours à être là même si la NJPW et WWE coupent les ponts, leur interdisent la présence de leurs lutteurs sous contrat et leur pique les stars UK venant à peine d'émerger. C'est juste que les cartes des shows seront forcément moins aguichantes, donc moins de regards sur le produit.
Justement c'est ça qui me pose un problème, c'est cette dépendance constante à plus grand qui s'installe progressivement là-bas.

Et un des points positifs que j'ai argumenté c'était le fait que les compagnies anglaises en profiter pour proposer de très belles affiches pas très loin de chez nous et parfois qui nous profite même puisqu'on a de temps en temps des lutteurs de NXT Uk qui se pointe à l'APC et c'est super.

Néanmoins pour moi ce modèle il est transitionnaire et le jour où il s'arrête ça va énormément impacter le catch européen et la vision que les gens peuvent en avoir et j'ai peur que ça fasse d'une certaine manière désertée les salles qui commence à attirer de plus en plus de monde.
Réponse avec citation
Réponse



Liens sociaux

Navigation Rapide
Précédent   F'N Forum > FN-LUTTE > Chroniques FN-Lutte
Outils de la discussion

Navigation rapide

Fuseau horaire GMT -5. Il est actuellement 20h04.

FNNATION.COM
Édité par : vBulletin® version 3.8.9
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Créé par RaZor Edge - Cliquez pour voir le profil

Conception et réalisation: RaZor Edge
Une production: FN-NATION et son équipe
FN-NATION © 2001 - 2018
Un présentation fnnation.com
 
Page generated in 0,06084 seconds with 8 queries