FN-NATION: Accueil du Portail FN-LUTTE: Section lutte : Nouvelles , chroniques, analyses ppv , wwe , tna , etc... FN-JOURNAL : Le FN-Journal : Chroniques sur la musique, la lutte et autres... FN-FORUM: Le FN-FORUM : Discussions pour les membres de la FN-NATION Infos: Pour en savoir plus sur FN-NATION
http://forum.fnnation.com
Précédent   F'N Forum > FN-LUTTE > Chroniques FN-Lutte
S'inscrire FAQ Membres Groupes sociaux Marquer les forums comme lus

Chroniques FN-Lutte Chroniques du staff portant sur la lutte

La difficile reconstruction de la Stardom
FN-JOURNAL: Chroniques FN-Lutte

Réponse
 
Outils de la discussion
  #1  
Vieux Chronique de Maximo, publiée 10/08/2020, 11h51
Avatar de Maximo
Maximo Maximo est déconnecté
 

La difficile reconstruction de la Stardom





Depuis maintenant deux ans, je m’intéresse de près au produit de Stardom afin de mieux connaître ce qu’est le fameux joshi dont beaucoup de gens parlent mais assez peu suivent. J’avais voulu taper fort dès le début avec la plus grosse compagnie du genre … ou seconde pour ceux qui estiment que la Sendai Girls de Meiko Satumura est devant. On va dire que la Stardom est la plus accessible avec une plateforme Stardom World avec du contenu en anglais bien plus compréhensible pour un public non-japonais.

Lorsque j’avais commencé à m’y intéresser à l’été 2018, on était d’ailleurs dans une phase de reconstruction. Kairi Hojo (ou Kairi Sane maintenant) était partie à l’été 2017 et surtout la tête d’affiche Io Shirai venait de rejoindre elle aussi la WWE. L’ace de la Stardom devenait donc de facto Mayu Iwatani et le seul autre gros nom avec elle était Kagetsu, la leader des Oedo Tai. Cela manquait cependant de vedettes et la promotion s’attelait à en créer d’autres. La toute jeune Momo Watanabe venait d’être propulsée leader des Queen’s Quest à la place de Io Shirai et un règne de Wonder of Stardom de près d’un an avait pour but de l’élever. Jungle Kyona était à la tête d’un autre clan, les JAN, mais ne parvenait pas à faire son trou du fait du support d’un groupe composé quasi-uniquement de rookies qui perdaient tout le temps.

Par chance, l’ancienne coéquipière de Mayu Iwatani, Arisa Hoshiki a fait son retour de retraite pour tenir l’un des rôles principaux de la compagnie. La Stardom avait également fortement pushé Hana Kimura qui se retournera contre les Oedo Tai de Kagetsu pour former le groupe Tokyo Cyber Squad. L’anglais Bea Priestley des Queen’s Quest a également bénéficié d’un push progressif pour l’élever et potentiellement prétendre au rôle de Top Gaijin autrefois occupé par Toni Storm.

Alors que fin 2019 la Stardom pensait avoir retrouvé une certaine stabilité, les mois qui ont suivi a vu le château de cartes complètement s’écrouler pour raisons diverses. La compagnie n’a donc actuellement d’autres choix que de devoir à nouveau travailler sur les fondations.




Oedo Tai avec Jamie Hayter, Bea Priestley, Natsuko Tora et Saki Kashima


Déjà des changements en début d’année

Déjà pour ne pas être trop largué, je vous invite à relire ma chronique sur la Stardom de février où un focus était fait au niveau de la composition des clans. Je vais y revenir pour certains points, mais forcément certains éléments nouveaux se sont déroulés depuis le mois de février et pas seulement le médiatique suicide d’Hana Kimura.

Fin 2019, la Stardom a donc 4 clans actifs au sein de la promotion avec les STARS (Mayu Iwatani comme leader), les Queen’s Quest (Momo Watanabe comme leader), les Tokyo Cyber Squad (Hana Kimura comme leader) et les historiques Oedo Tai. La situation est cependant compliquée pour ce dernier car la leader Kagetsu a annoncé sa retraite pour fin janvier alors que son bras droit Hazuki en avait fait de même en décembre. On peut retrouver ici un article revenant sur ces départs. Afin de restructurer les Oedo Tai, qui avaient en plus en cours d’année perdu leur porte-voix Nao Yamaguchi et leur danse d’entrée si appréciée, il est décidé que la solide midcarder Saki Kashima (ex-STARS) mais surtout Bea Priestley (ex-Queen’s Quest) les renforce, cette dernière en tant que leader.

Le choix pour Kashima était logique, elle était passée #4 dans la hiérarchie des STARS derrière l’incontournable Mayu Iwatani, la revenante Arisa Hoshiki et même Tama Nakano lui était passée devant par l’intermédiaire d’une storyline attrait/rejet avec Hoshiki. Pour Priestley, l’anglaise était dorénavant signée à plein temps et pour bénéficier d’une meilleure exposition, prendre une place de leader était parfaite. Son départ permet de plus à la "Super Rookie" Utami Hayashishita de consolider son statut de #2 chez les Queen’s Quest derrière Momo Watanabe. AZM profite également de cette défection pour passer #3 dans la hiérarchie du groupe, ce qui devrait l’aider à assurer sa transition de rookie vers le midcard.

La Stardom avait cependant décidé de chambouler un peu son organisation en intronisant un 5ème clan. En décembre dernier, la promotion récupère avec un peu de controverse (la compagnie lui proposait un contrat alors qu’elle était alors déjà signée) l’une des têtes d’affiche de l’Ice Ribbon avec Giulia. Dès le départ son statut et son booking font comprendre qu’elle n’est pas là juste pour animer le midcard. Elle part en effet directement en rivalité avec Hana Kimura et participe au fameux dark match de Wrestle Kingdom. La leader des Tokyo Cyber Squad lui fait souvent remarquer qu’elle est seule contre des groupes entiers. Giulia remédiera à cela en fondant en janvier le clan Donna del Mundo ("Femmes du Monde", en italien comme ses origines). Elle récupérera ainsi avec elle l’ancienne lutteuse reconvertie en combattante MMA Syuri. Elles sont accompagnées de la rookie de la Just Tap Out Maika (moins d’un an d’activité). Quelques mois plus tard et après le confinement lié au coronavirus, la lutteuse de la Wave et Actwres Girl ‘Z Himeka viendra étoffer un peu plus le groupe.

Le mois de février voit cependant le roster de la Stardom rencontrer plusieurs départs que l’on pourrait qualifier de secondaires. Arrivée de la Sendai Girls rivale en février 2019, Andras Miyagi a complètement raté son passage au sein de la compagnie et chez les Oedo Tai. Elle repartira un an plus tard. Pas mal de casse chez les rookies également. Leo Onozaki, déjà 26 ans malgré ses seulement deux années d’expérience, est contrainte d’annoncer sa retraite pour cause de blessure. Elle est imitée à la même période et pour blessure également par Itsuki Hoshino qui n’avait pourtant officiellement débuté qu’au mois de novembre.





Le gros impact du coronavirus

En mars dernier, la Stardom fait partie des très nombreuses compagnies obligées de mettre temporairement leur activité en veille du fait du coronavirus. Trois mois plus tard, le 21 juin dernier, la promotion japonaise reprend ses shows mais avec un roster bien différent de celui qu’elle avait laissé. Le changement le plus connu est bien évidemment le suicide d’Hana Kimura le 23 mai dernier. Le groupe Tokyo Cyber Squad perd donc ainsi son leader, laissant Jungle Kyona et Konami devoir se co-partager la tête du groupe. Celui-ci ne comprend de toute façon que la lowcarder Death Yama-san et la rookie Rina.

L’autre gros départ est celui d’Arisha Hoshiki qui à peine plus d’un an après son retour s’en va à nouveau à la retraite. La #2 chez les STARS a pris la compagnie de cours et ne lui a pas laissé le temps de lui faire perdre son titre Wonder of Stardom qu’elle détenait depuis plus d’un an (titre principal de la Stardom avec le World of Stardom). Autre contrariété, la fermeture des frontières. La promotion japonaise avait l’habitude de faire venir des étrangères pour des périodes d’un ou deux mois et ce n’est donc plus possible. Bien que régulières à la Stardom, Bea Priestley et Jamie Hayter (ainsi que Session Moth Martina) sont elles aussi bloquées au Royaume-Uni rendant leurs retours impossibles. Cela fait un grand vide chez les Oedo Tai qui perdent trois membres dont leur leader, ne leur laissant ainsi de disponibles que Natsuko Tora, Saki Kashima et Natsu Sumire. La compagnie est aussi contrainte de mettre le titre Goddess of Stardom détenu par Priestley et Hayter vacant du fait de cette contrainte.

Il faut donc reconstruire sans Hana Kimura (leader des TCS), Arisa Hoshiki (#2 des STARS), Bea Priestley (leader des Oedo Tai) et Jamie Hayter (il n’y a pas de réelles #2 chez les Oedo Tai mais elle partagerait ce titre avec Tora et Kashima). Pour cela, la Stardom a décidé de taper fort en buildant les Donna del Mundo comme groupe archi-fort. Le tout dernier show en février avait déjà vu Giulia remporter le Cinderella Tournament, éliminant même en demi-finale sa coéquipière Syuri. Pour arriver à cela, Giulia avait envoyé un message en sortant en quart de la finale la leader des Queen’s Quest Momo Watanabe. La lutteuse d’origine italienne avait également eu la bonne nouvelle de voir le match nul entre Hana Kimura et Mayu Iwatani au premier tour qui élimina les deux leaders de groupe. Depuis le retour de confinement, les Donna del Mundo ont été couvertes d’or. Alors que Giulia, Syuri et Maika étaient déjà Artists of Stardom (Trios Champs), Giulia a remporté le vacant Wonder of Stardom (délaissé par Arisa Hoshiki) et Maika a elle pris le titre des rookies appelé Future of Stardom. Syuri aura fin août l’opportunité d’ajouter le World of Stardom de Mayu Iwatani à cette collection, même si cela paraît peu probable.

Pour ce qui ne concerne pas les Donna del Mundo, la Stardom mise (logiquement) sur son Ace Mayu Iwatani qui détient donc l’un des deux titres principaux. Natsuko Tora est apparue avec un nouveau style de type Albator et semble se présenter comme la nouvelle leader des Oedo Tai, même si pour le moment le booking ne la pushe pas plus que cela. Chez les Queen’s Quest, Momo Watanabe ne semble plus aussi protégée qu’à son époque de Wonder of Stardom Champ. Utami Hayashishita pouvait même potentiellement montrer qu’elle était plus qu’une #2 mais la Stardom souhaite visiblement attendre avant de trop pusher l’ex-Super Rookie. Les deux grosses perdantes semblent être Tam Nakano (STARS) et Jungle Kyona (TCS). La première a eu une petite mise en avant du fait de son ancienne relation avec Arisa Hoshiki mais a surtout servi à consolider le statut de Giulia. Pour Kyona, son exposition semblait plus en lien à la tragédie autour d’Hana Kimura. Elle a cependant perdu tour à tour pour le titre de Mayu Iwatani puis avec Konami pour le titre Tag vacant au profit des Queen’s Quest (Utami Hayashishita et la rookie Saya Kamitani). Autre changement notable, la Stardom semble dorénavant vouloir considérer AZM (Queen’s Quest) et Starlight Kid (STARS) plus comme des rookies mais comme des lutteuses "régulières" qui de facto ne perdront plus systématiquement contre des lutteuses plus expérimentées. Cela va inévitablement renforcer le low-midcard.






Le 5STAR Grand Prix 2020

Le futur de la Stardom se dessinera probablement un peu mieux avec leur fameux tournoi 5STAR Grand Prix, l’équivalent pour la compagnie féminine du G1 Climax de la NJPW, qui se tiendra du 8 aout au 19 septembre. Voici la composition des deux blocs afin d’avoir une opportunité au titre World of Stardom de Mayu Iwatani (ou Syuri sait-on jamais):

Red Block
Mayu Iwatani (STARS)
Giulia (Donna del Mundo)
Tam Nakano (STARS)
Konami (Tokyo Cyber Squad)
Starlight Kid (STARS)
Saya Kamitani (Queen’s Quest)
Death Yama-San (Tokyo Cyber Squad)
Himeka (Donna del Mundo)

Blue Block
Momo Watanabe (Queen’s Quest)
Utami Hayashishita (Queen’s Quest)
Jungle Kyona (Tokyo Cyber Squad)
AZM (Queen’s Quest)
Natsuko Tora (Oedo Tai)
Saki Kashima (Oedo Tai) Saya Iida (STARS)
Syuri (Donna del Mundo)
Maika (Donna del Mundo)



Habituellement, le 5STAR Grand Prix laisse toujours quelques places à des étrangères, environ 3-4, même si pour l’édition de l’année dernière il n’y avait eu que Bea Priestley, Jamie Hayter et Avary, soit deux régulières de la Stardom et une vraie guest. Cette édition est cependant assez faible en termes de star power du fait des événements récents avec l’inclusion de beaucoup de rookies ou de lowcarders qui normalement n’auraient pas dû en faire partie. En vert, il est indiqué celles qui feront leur premier 5STAR Grand Prix.

On peut facilement imaginer que Starlight Kid, Saya Kamitani, Saya Iida et possiblement Maika n’en auraient pas fait partie. Pareil pour Death Yama-San qui n’y avait plus participé depuis 2015. Saki Kashima a finalement dû décliner pour cause de "mauvaise condition physique". Toujours chez les Oedo Tai, Natsu Sumire est étonnamment absente. On peut également imaginer que si tout avait était normal, la Stardom aurait aligné Arisa Hoshiki, Hana Kimura, Bea Priestley, Jamie Hayter, les deux lutteuses d’Oedo Tai et au moins une guest.

Autre absente de marque, Riho. L’ancienne championne de l’AEW est un mystère depuis son arrivée en août 2019 de la Gatoh Move. Probablement du fait qu’elle n’ait jamais officiellement signé avec la Stardom, Riho a eu droit à un booking minimaliste avec un C-title (High Speed), elle ne fut jamais assignée à un clan et n’a jamais eu droit à de gros matchs, se contentant du midcard et d’une association avec Starlight Kid pour meubler le temps. Le 26 juillet elle a perdu son titre High Speed au profit d’AZM, marquant peut-être sa fin à la Stardom.

Tout cela pour dire que le booking du 5STAR Grand Prix sera intéressant à suivre. Dans le Red Block, seules Mayu Iwatani et Giulia semblent pouvoir l’emporter. La première est cependant déjà World of Stardom et la seconde Wonder of Stardom. Voir Iwatani remporter le 5STAR lui laisserait le choix de choisir son futur challenger, possiblement quelqu’un qui l’a battu dans le tournoi ou quelqu’un de l’extérieur … ou peut-être une revenante comme Kairi Sane/Hojo. Giulia serait un bon choix, mais si elle gagne le tournoi elle aurait donc un gros (re)match contre Iwatani vu qu’elles se seront déjà affrontées lors du 5STAR. Il semble peu probable que la Stardom veuille faire perdre Giulia dans un gros 1 vs. 1 pour le titre. La compagnie la pousse, mais lui donner à la fois le Wonder of Stardom et le World of Stardom parait quand même beaucoup. On peut imaginer que Giulia sera mise hors course avec quelques time limit draws qui ne nuiront pas trop à son star power.

Dans le Blue Block, trois lutteuses paraissent crédibles avec Momo Watanabe, Utami Hayashishita et Jungle Kyona. On aurait pu inclure Syuri mais celle-ci a déjà un match pour le titre d’Iwatani et n’est pas officiellement signée à la Stardom. Clairement ce Blue Block sera intéressant pour les interactions entre les trois lutteuses des Queen’s Quest. Cela ne doit pas être un hasard que les trois lutteuses les plus importantes du groupe soient dans le même groupe. On peut imaginer qu’elles se feront perdre des points entre elles et que possiblement cela puisse devenir bénéfique à la très appréciée Jungle Kyona, justifiant possiblement ces derniers gros échecs pour compenser un début de gros push. Watanabe parait une candidate très crédible pour réaffirmer son statut à la tête de la Stardom après une année 2019-2020 assez effacée. On sent cependant sentir gros comme une maison que la #2 des Queen’s Quest Hayashishita lui fera perdre la qualif’.

A signaler que le 23 août, en plein pendant le tournoi, Les Tokyo Cyber Squad affronteront les Oedo Tai dans un match à enjeu. Si les TCS perdent, le clan devra être dissout. A voir si la Stardom voudra aller dans ce sens afin de se débarrasser du lourd héritage laissé par Hana Kimura sur ce groupe. A voir si la compagnie souhaitera repartir sur un format avec seulement 4 clans ou si l'idée sera d'en former à nouveau un 5ème. Après tout la Stardom voyait habituellement un Draft se tenir au mois d'avril qui n'a cette année logiquement pas eu lieu.




Debout de g. à d.: Death Yama-San, Konami, Himeka, Giulia, Jungle Kyona, Natsuko Tora, Saki Kashima (remplacée)
A genou de g. à d.: Saya Kamitani, Starlight Kid, Tam Nakano, Mayu Iwatani, Utami Hayashishita, Syuri, Maika




Vos commentaires
  #2  
Vieux 11/08/2020, 00h26
EdgeRulz
 
Salut Maximo ! Je me souviens de ta 1ère chronique où je souhaitais que des éléments soit + expliqués, je comprenais pas non plus cette histoire de clans ou équipes.

Mais depuis que j'acheté Fire Pro sur PS4 et en voyant comment sont répartis les talents dans les grilles de sélection (notamment pour celui de la Stardom, dont les packs sont en DLC) j'ai compris qu'en fait chaque lutteuse appartient à une entité, qu'elles font rarement carrière "en solo".

Là tu viens de me présenter un autre élément : le fait qu'il y ait des hiérarchies et des classements. Ca me fait penser à quoi ? A la J-Pop ! Genre + tu montes dans le classement, plus tu es "puissant/over".

Au niveau des infos, je venais d'apprendre que Death Yama-San n'est autre que Kaori Yoneyama ! Et bah voilà qu'elle lutte maintenant à la Stardom mais sous une gimmick gothique. Mais... pourquoi elle fait de genre de changement en 2020 ? Pourquoi elle reste pas "elle-même" ? (surtout que dans FPW, je l'aurais préféré comme telle) Le truc bien en revanche, c'est que ça prouve qu'il y a pas vraiment de limite d'âge pour lutter dans cette compagnie (elle qui aura 40 l'an prochain). A moins que Emi Sakura (43 ans) ait également lutté dedans.

Me semblait que Syuri avait toujours alterné/fait en parallèle sa carrière entre la lutte pro et le MMA. (j'imagine qu'elle continue de faire les 2 en même temps)

Sinon oui, la compagnie combat tant bien que mal les difficultés qu'elle traverse (au moins 4 gros départs). Parait que Andreas est partie aussi ? Et comme tu l'as dit, Kyona est encore choquée émotionnellement. Mais j'ai espoir qu'elle aura encore une belle carrière devant, tout comme Kashima et Mayu.

Le truc qui me gène c'est à quelle point les talents commencent aussi jeune : AZM est à peine majeure, tout comme Starlight Kid + Momo (à peine 20 ans) qui lutte chez les pros depuis un bon moment.

Je pensais que Riho était dans la compagnie de sa mentor, Emi Sakura...
Réponse avec citation
  #3  
Vieux 11/08/2020, 11h17
Maximo
 
Citation:
Envoyé par EdgeRulz Voir le message
Là tu viens de me présenter un autre élément : le fait qu'il y ait des hiérarchies et des classements. Ca me fait penser à quoi ? A la J-Pop ! Genre + tu montes dans le classement, plus tu es "puissant/over".
Il n'y a pas à proprement parlé de classement mais plutôt des statuts qui comme on peut l'imaginer au Japon sont plutôt bien respectés. A l'image de la NJPW qui est plus accessible, tu ne verras jamais un rookie battre un lutteur du roster. A moins qu'il affronte un autre rookie, le rookie prend de l'expérience mais il prend le pin aussi.

Par contre être #2 ne veut pas dire que tu ne peux pas battre une leader, même si c'est plus rare. On a bien eu à un moment deux #2 avec les deux ceintures principales (Bea Priestley et arisa Hoshiki).


Citation:
Envoyé par EdgeRulz Voir le message
Au niveau des infos, je venais d'apprendre que Death Yama-San n'est autre que Kaori Yoneyama ! Et bah voilà qu'elle lutte maintenant à la Stardom mais sous une gimmick gothique. Mais... pourquoi elle fait de genre de changement en 2020 ? Pourquoi elle reste pas "elle-même" ?
C'est suite à un repackaging quand elle a rejoint les Tokyo Cyber Squad l'an dernier. Cette gimmick est plutôt appréciée des fans, elle n'a de toute qu'un profil lowcard à la Stardom.

Citation:
Envoyé par EdgeRulz Voir le message
Me semblait que Syuri avait toujours alterné/fait en parallèle sa carrière entre la lutte pro et le MMA. (j'imagine qu'elle continue de faire les 2 en même temps)
En 2018 elle était 100% focus sur le MMA mais c'est vrai qu'en 2019 elle a alterné.

Citation:
Envoyé par EdgeRulz Voir le message
Sinon oui, la compagnie combat tant bien que mal les difficultés qu'elle traverse (au moins 4 gros départs). Parait que Andreas est partie aussi ? Et comme tu l'as dit, Kyona est encore choquée émotionnellement. Mais j'ai espoir qu'elle aura encore une belle carrière devant, tout comme Kashima et Mayu.
Oui Miyagi est partie en février à la fin de son contrat d'un an. Pas une grosse perte, elle n'était pas du tout à l'aise dans ce qu'elle montrait. Elle est partie au moment du covid, on va voir où elle rebondit.

Et Kyona était apparemment une très bonne amie à Kimura, c'est elle la première arrivée sur place pour découvrir le suicide. Peut-être que la Stardom fera une Rey Mysterio/Eddie Guerrero avec elle, mais j'ai peur qu'elle ait plutôt un booking à la Hirooki Goto et qu'elle ne parvienne pas à prendre un titre principal.


Citation:
Envoyé par EdgeRulz Voir le message
Le truc qui me gène c'est à quelle point les talents commencent aussi jeune : AZM est à peine majeure, tout comme Starlight Kid + Momo (à peine 20 ans) qui lutte chez les pros depuis un bon moment.
Pour moi le principal souci est le physique. AZM et Starlight Kid sont archi-frêle et peu crédibles (comme Riho d'ailleurs). Watanabe a elle un peu plus de physique même si je vois sur Cagematch que Watanabe c'est 53 kg et AZM et Kid moins de 50.
Réponse avec citation
  #4  
Vieux 11/08/2020, 13h06
RainMakeR
 
tain j'aime bien la stardom mais j'ai du mal avec leur systeme de clan. En tout cas ils s'en sortent bien avec un roster super reduit
Réponse avec citation
  #5  
Vieux 11/08/2020, 13h30
EdgeRulz
 
Merci des clarifications. Après :

Citation:
Il n'y a pas à proprement parlé de classement mais plutôt des statuts qui comme on peut l'imaginer au Japon sont plutôt bien respectés.
Ouais bon, ça se rejoint. C'est juste que du coup, ça donne des regroupement hiérarchiques même s'ils ne sont pas individuels.

Citation:
tu ne verras jamais un rookie battre un lutteur du roster. A moins qu'il affronte un autre rookie, le rookie prend de l'expérience mais il prend le pin aussi.
Ca donne un résultat prévisible mais heureusement, le résultat ne fait pas le combat.

Citation:
C'est suite à un repackaging quand elle a rejoint les Tokyo Cyber Squad l'an dernier. Cette gimmick est plutôt appréciée des fans, elle n'a de toute qu'un profil lowcard à la Stardom.
Mais ça m'a l'air spécial comme milieu si même un Big-name comme Yoneyama peut être low-card à un moment donné. Si la compagnie est en manque de noms majeurs, ils pourraient justement le faire revenir en "elle-même" et combler un gros trou.

Citation:
Et Kyona était apparemment une très bonne amie à Kimura, c'est elle la première arrivée sur place pour découvrir le suicide.
Bah oui, c'était limite sa BFF avec Konami. Pour rappel, c'était Kairi Sane qui se tenait informé et qui avait alerté Kyona.

Parlant de Kairi, elle devrait pas faire un petit retour dans la compagnie ?

C'était davantage Starlight que je voyais comme une Rey Mysterio.

Je trouve que le physique minuscule pour Riho sa passe, de par sa personnalité féérique.
Réponse avec citation
Réponse



Liens sociaux

Navigation Rapide
Précédent   F'N Forum > FN-LUTTE > Chroniques FN-Lutte
Outils de la discussion

Navigation rapide

Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 06h46.

FNNATION.COM
Édité par : vBulletin® version 3.8.9
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Créé par RaZor Edge - Cliquez pour voir le profil

Conception et réalisation: RaZor Edge
Une production: FN-NATION et son équipe
FN-NATION © 2001 - 2020
Un présentation fnnation.com
 
Page generated in 0,17637 seconds with 11 queries