FN-NATION: Accueil du Portail FN-LUTTE: Section lutte : Nouvelles , chroniques, analyses ppv , wwe , tna , etc... FN-JOURNAL : Le FN-Journal : Chroniques sur la musique, la lutte et autres... FN-FORUM: Le FN-FORUM : Discussions pour les membres de la FN-NATION Infos: Pour en savoir plus sur FN-NATION
http://forum.fnnation.com
Précédent   F'N Forum > FN-LUTTE > Chroniques FN-Lutte
S'inscrire FAQ Membres Groupes sociaux Marquer les forums comme lus

Chroniques FN-Lutte Chroniques du staff portant sur la lutte

Coffre aux mystères de la lutte : WCW Slamboree 1996
FN-JOURNAL: Chroniques FN-Lutte

Réponse
 
Outils de la discussion
  #1  
Vieux Chronique de Abba, publiée 08/05/2020, 16h01
Avatar de Abba
Abba Abba est déconnecté
 

Coffre aux mystères de la lutte : WCW Slamboree 1996



C'est le temps de Battlebowl, complètement sorti des boulamites! Un tournoi sur une soirée avec des équipes random qui s'affrontent sur deux rondes avec tous les finalistes qui seront dans une bataille royale où le gagnant sera le Number One Contender pour le Great American Bash! Excité? Moi non plus!

Ronde 1
Road Warrior Animal et Booker T vs Road Warrior Hawk et Lex Luger


Pas mal de storylines entremêlés ici entre les trois teams qui dominent la division. Harlem Heat et les Road Warriors se détestent parce qu’ils considèrent tous commeles challengers légitimes alors que Luger a causé une défaite aux Road Warriors au dernier PPV (Mais s’est beaucoup plus placé comme un face qu’un heel à ce stade). Si c’est intense et pas trop long, ça pourrait être bien.

Bon alors, c’est rythmé, mais beaucoup, beaucoup trop court. Par contre, c’est assez intense pour bien chauffer la foule. Déception, jamais les Road Warriors ne vont s’affronter dans le ring et on aura seulement Luger qui sera dans le ring pour son équipe. C’est donc…cooorect, mais complètement oubliable et digne d’un Nitro. Les deux équipes sont incapables de co-exister, tout le monde se bat en bas du ring et la foule est complètement en feu. Double DQ et personne n’avance dans le tournoi.

Note : *¾, honnêtement j’ai pas détesté du tout, mais j’ai l’impression qu’il y aura trop de combats court dans ce PPV qui vont avoir des notes similaires.


Public Enemy vs Taskmaster et Chris Benoit

Intéressant petit combat, les PE sont des gros brawlers et Sullivan et Benoit peuvent suivre dans le domaine. Le storyline ici est qu’il y a énormément de tension entre le Dungeon of Doom et les Horsemen et on allait débuter le fameux storyline entre Sullivan et Benoit où Sullivan allait mettre en scène son divorce en forçant sa femme de l’époque à passer du temps extérieur avec Benoit, qui va la marier ensuite.

Un autre combat très short and sweet, à mon avis légèrement plus plaisant. Très intense encore une fois et ça ne dure que 5 minutes. C’est simplement un gros brawl et en bonus y’a un peu de hardcore. Par contre, c’est un peu débile considérant que l’arbitre voit pratiquement tous les coups de chaise qui se donnent dans le match. Alors les Public Enemy ont installé une table et y couche Benoit, Grunge reste sur l’apron et Rocco Rock saute sur les épaules de Grunge qui tombe sur Benoit à travers la table et Sullivan lui s’enlève au dernier moment. Un drôle de spot. Sullivan décide de s’en aller et Rock remonte Benoit dans le ring et fait le pin.

Note : **, c’était juste intense et fun, mais vraiment pas un grand combat.

Sgt. Craig Pittman et Scott Steiner vs Booty Man et Rick Steiner

Comme vous pouvez le remarquer, les Steiners sont de retour à la WCW! Ce qui rend la division par équipe complètement démente je dois dire! Sauf que voilà, les Steiners ne sont pas ensemble et doivent s’affronter dans un combat où tous les lutteurs sont faces! Pittman, que l’on a pas vu depuis un bout de temps, est devenu gentil gentil, dans ce qui sera un turn tout à fait oubliable. Considérant que le Booty Man est à chier et le fait que les deux Steiners n’en viendront probablement pas aux coups, je m’attends à un mauvais match.


Étonnament, c’est le meilleur combat jusqu’à présent et celui avec la meilleure construction. Pour une seule et unique raison, Rick et Scott Steiner. Ils sont de loin les meilleurs lutteurs, mais en plus ont un cinq minutes complètement DÉMENT où ils s’affrontent dans le ring et enchaînant les prises d’impact et les corde à linge stiff! D’ailleurs, la foule aime tellement l,affrontement qu’au moment où le Booty Man tag pour entrer dans le combat, on le hue (Avec raison)! En gros, c’est environ 8 minutes pas mal efficaces et malgré que le Booty Man bouge à peine, Pittman entre bien dans la danse pour compléter les Steiners. Pittman enferme le Booty Man dans son ARMBAR, sauf que ce dernier tag Rick qui passe derrière Pittman et lui fait une GERMAN SUPLEX pour la victoire.


Note : Bien divertissant, mais évidemment trop court. La séquence Rick vs Scott était extrêmement spectaculaire et divertissante. **½

The Blue Bloods vs Jim Duggan et V.K. Wallstreet


La somme de tous mes cauchemars

Un retour et un nouveau lutteur pour ce combat. Dave Taylor est le partenaire de Regal et membre des New Blood, il ne remplace pas Bobby Eaton, mais s’ajoute au groupe qui n’allait plus faire très long feu. Taylor était un excellent lutteur, pas flamboyant, mais qui maîtrisait à 100% le style britannique et j’ai toujours adoré le voir dans le ring. Sauf que, niveau charisme, c’était le zéro absolu. Taylor a passé quelques moments à la WCW et a même fait un comeback de qualité, mais bref à la WWE en 2006, encore une fois en équipe avec Taylor. De l’autre côté, V.K. Wallstreet (En référence à un certain Vincent… Kennedy…) est l’ancien Mike Rotunda/Michael Wallstreet, qui revient avec une gimmick de mec riche. Son passage ne passera pas à l’histoire, mais il trouvera le moyen de joindre la la NWO après sa création. Rotunda était un bon lutteur, dans le sens qu’il était bon dans tout, mais nullement exceptionnel, ici Rotunda était en feud avec Duggan depuis des mois déjà, donc encore une fois, une alliance prête à être brisée dans ce combat. Je ne m’attends honnêtement à rien et ce, malgré la présence de Regal, c’est bien dire.

Ce combat me fait mal au cœur, parce que c’est tristement le Jim Duggan show. On a droit à une courte séquence de technique entre Wallstreet et Taylor et ensuite, ça retombe à Duggan qui non-seulement fait ce qu’il veut dans le ring, mais domine à lui seul Regal et Taylor… Oh mon cœur. Donc, ça dure 3 minutes et c’est simplement là pour donner un peu d’énergie à la foule. Duggan punch son partenaire qui le fait chier, tabasse Regal et met du tape sur sa main punch durement Taylor pour faire le pin. C’était pas mal le pire scénario que j’aurais pu imaginer.

Note : * parce que Regal et Taylor ont fait ce qu’ils ont pu dans les circonstances.

Dick Slater et Earl Robert Eaton vs Alex Wright et Disco Inferno

Je sais pas pourquoi, MAIS J’AI HÂTE! Quelques réflexions avant le combat cependant, incroyable de voir que Dick Slater est encore dans le roster en 1996, je n’avais pas de souvenir que sa run avait été aussi longue. Ensuite, la musique de Alex Wright ne commence pas avant qu’il soit rentré dans le ring, ça fait très étrange et YEEAAAAHHH ENFIN LE DISCO INFERNO! Bon ok, Disco Inferno c’était pas la mer à boire, mais je l’ai honnêtement toujours beaucoup apprécié. C’était un bon lutteur, avec du charisme et une gimmick heel aussi savoureuse que détestable. En équipe avec Wright (Avec qui il allait gagner les titres par équipe bien des années plus tard) et contre deux lutteurs d’expérience dont le génial Bobby Eaton, je ne peux que m’attendre à quelque chose de potable dans le ring.

Ouais ben ça aurait pu être bon si ça avait duré plus de deux minutes, quel concept de merde de mettre autant de combat pour ce Battlebowl. C’est de la lutte tout à fait correct, mais qui ne mène à rien et alors que l’arbitre est distrait par le Colonel Robert Parker et que Disco Inferno danse, Dick Slater lui explose un coup de botte derrière la tête pour la victoire.

Note : *¼, on en aurait pris plus… mais faudrait que j’arrête d’avoir des attentes.

Diamond Dallas Page et le Barbarian vs Hugh Morrus et Meng

C’est le retour du Barbarian, qui a fait une escapade comme Main Event au début des années 90 avant de retourner à la WWF, Barbarian est revenu avec une gimmick de Super Assassin, qui aura durée environ quelques semaines avec son partenaire des Power of Pain le Warlord, pour finalement s’enligner avec Meng, avec qui il restera en équipe presque 5 ans à la WCW en tant que Faces of Fear, possiblement mon équipe favorite de la WCW quand j’étais gamin. De l’autre côté, c’est les débuts en PPV de Hugh Morrus aka Bill Demott, l’entraîneur tyran que tous les lutteurs semblaient détester. Morrus était un bon brawler, avec un certain charisme, mais rien pour dépasser le midcard. Il aura son plus gros succès durant la fin de vie de la WCW et aura une run absolument oubliable à la WWE par la suite. À noter, Meng, Morrus et le Barbarian sont dans le Dungeon of Doom. Et DDP vous allez me dire, il devrait pas être out de la WCW? Il semblerait qu’un mystérieux donateur l’ait ramené de la rue pour le plaisir de le voir lutter!

C’est certain qu’un combat entre quatre heel, c’est pas gagnant niveau ambiance au départ, mais c’est plutôt divertissant et les quatre lutteurs ont environ cinq minutes pour donner quelque chose d’intense et de bourrin et à mon avis, ils réussissent bien. Je trouve hilarant de voir Meng et Barbarian s’attaquer sans même réfléchir une seconde et continuellement chercher à se péter la gueule durant tout le combat, parfois de façon non-nécessaire. Quelques beaux spots, un team work magnifique de DDP et Barbarian et un beau MOONSAULT de Morrus. Finalement, Meng et Barbarian frappent leur adversaire avec leur THRUST KICK et le BIG BOOT et font le pin, sauf que le Barbarian est légal et non Meng, Barbarian et DDP avancent!
Note : Évidemment trop court, mais j’ai été divertit néanmoins. Un peu sloppy par contre. *¾

Big Bubba et Stevie Ray vs Fire and Ice

Big Bubba a joint le Dungeon of Doom et a changé la gimmick cravate un peu chic pour un look de biker qui le rend assurément plus menaçant. Fire and Ice est l’équipe composée de Scott Norton et de Ice-Train. Norton était un excellent powerhouse, qui n’a rien fait de majeur à la WCW, mais qui était bien populaire à la NJPW où il a même remporté le titre principal. Excellent brawler avec quelques belles prises, il n’avait cependant pas beaucoup de charisme. Ice-Train était un lutteur plutôt ordinaire avec une excellente présence, il remplissait un peu le trou que Norton ne pouvait pas combler dans l’équipe ce qui rendait leur alliance logique. L’équipe par contre, n’ira vraiment nulle part durant leur temps ensemble. Quatre big boys donc, y’a moyen de faire quelque chose d’agréable avec ce match.

C’est franchement pas très intéressant et c’est fascinant de voir le nombre de coup de la corde à linge qui se donne dans un combat d’à peine cinq minutes. C’est mou, le combat n’a aucun moment fort et ça manque d’énergie, d’enjeu, d’atmosphère… N’IMPORTE QUOI MERDE C’EST CHIANT! Ray et Big Bubba ont une mauvaise communication, ça laisse Big Bubba seul dans le ring qui reçoit un DOUBLE SHOULDERTACKLE pour la victoire de Fire and Ice et personne ne réagit dans l’aréna.

Note : Probablement le combat le plus oubliable depuis le début. *

Eddie Guerrero et Arn Anderson vs Randy Savage et Ric Flair

Définitivement le seul combat de cette première ronde avait le potentiel d’être véritablement excellent. Quatre lutteurs d’exception dans le ring, savage et Flair qui se détestent depuis un an et qui doivent faire équipe. Ce combat sera également l’amorce d’un push sérieux pour Eddie Guerrero. Honnêtement, j’ai de la difficulté à voir un mauvais match, même si c’est court.

On peut dire que les quatre lutteurs font le maximum possible avec le temps court qui leur est alloué. J’adore Savage, parce que ses combats sont souvent chargés d’émotion et ce combat n’en fait pas exception du tout! Savage est immédiatement attaqué par son propre partenaire, Ric Flair, ce qui limite les affrontements à Guerrero vs Flair et Anderson vs Savage, et chaque séquence vaut la peine d’être vue. Flair et Anderson travaille ensemble dans le combat par équipe, ce que j’ai trouvé brillamment mis en scène ici. C’est cependant beaucoup trop court, mais très divertissant pour la durée du combat. Alors que Savage décide d’entrer dans le ring en n’étant pas légal pour attaquer Flair, Anderson décide de faire un DDT à son partenaire et s’occuper de Savage à l’extérieur, ce qui permet à Flair de faire le pin pour la victoire.

Note : **¾, si tous les combats faisaient la moitié des efforts de ce combat pour être intéressant, on aurait un PPV valable!

WCW Cruiserweight CHampionship
Dean Malenko © vs Brad Armstrong


L’existence seule du titre Cruiserweight va rendre les prochains review assurément plus agréable. Le titre, qui dans le passé était le titre Light Heavyweight, est revenu èa la WCW et son premier champion, Shinjiro Ohtani, a perdu le titre contre Malenko dans un épisode de Worldwide. Ça nous permet d’enfin profiter de la présence de Dean Malenko en PPV, considéré par beaucoup comme le meilleur technicien de l’histoire de la lutte. Malenko était tout un spécimen, un lutteur totalement fluide, capable de s’ajuster contre n’importe quel type d’adversaire. Malenko n’avait pas le charisme pour aspirer plus haut que le midcard, mais il sera une partie importance de l’échiquier du midcard de la WCW durant les cinq années ou il y sera. Brad Armstrong n’a pas été vu en PPV depuis presque cinq ans, mais il demeurait un lutteur de qualité et on pourrait avoir un bon petit match technique, je me demande cependant le temps qu’on va leur laisser dans le ring.

C’est un bon match, mais je dois dire qu’il me chicote sur deux points. Le combat est définitivement un showcase de Malenko plus qu’un combat compétitif, et c’est bien, mais Armstrong a très peu d’offensives et ne peut pas créer aucune émotion, puisqu’il est booké extrêmement faible, ce qui fait un rythme lent au combat. Ensuite, Malenko fait un MAGNIFIQUE travail sur la jambe de Armstrong, honnêtement, c’était beau, MAIS ARMSTRONG NE LE SELL PAS! Ce genre de détail m’enlève de toute immersion possible, Armstrong, qui pourtant a toujours eu une bonne psychologie, profite du premier moment qu’il le peut pour monter sans difficulté sur la troisième corde, faire un MISSILE DROPKICK et retombé lourdement sur la jambe que Malenko travaille depuis dix minutes et ne montre aucune douleur. Pour le reste, c’est beau juste pour voir Malenko faire son art, mais le combat en tant que tel, n’a rien de marquant. Malenko termine le tout avec un TOP ROPE GORDBUSTER qui a énormément d’impact et le champion garde son titre.

Note : ** ¼, bon match, drôlement booké, on aurait pu avoir quelque chose de bien mieux.

Ronde 2
Jim Duggan et VK Wallstreet vs Earl Robert Eaton et Dick Slater


Combat de deuxième ronde du tournoi, les gagnants vont dans le Battle Bowl. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre, en tous les cas, ce combat montre à quel point la WCW n’était pas dans un virage jeunesse pour ce PPV. On peut avoir un bon brawl, c’est tout ce qui compte, j’en ai rien à battre de ce combat.

C’est pas très long et pas très bon, le combat n’a aucune construction réelle et c’est plus intéressant de voir Jim Duggan, hyper over faut lui donner, faire des simagrés durant tout le combat et entré constamment en feu dans le ring. Duggan et Wallstreet sont incapables de coexister et se punch constamment durant le combat. Disons que ce combat a aura d’insignifiance totale du début à la fin et cette fin, où Duggan punch Wallstreet et permet à Eaton de l’emporter avec un roll up en est l’exemple parfait.

Note : *½, j’ai été étrangement divertit par Duggan, que quelqu’un prenne mon pouls.

Public Enemy vs Randy Savage et Ric Flair

L e combat n’a pas lieu, Savage attaque Flair durant son entrée et Public Enemy l’emporte par count out pour aller dans le Battlebowl! Leur plus grosse victoire en carrière!

Diamond Dallas Page et le Barbarian vs Booty Man et Rick Steiner

Outre le Booty Man, tout y est pour un bon petit match divertissant, suis-je fou d’encore y croire? Oui probablement.

C’est vraiment un combat mou et évidemment, le Booty Man est horrible durant toutes ses séquences. Rick Steiner et le Barbarian font quelques beaux Power Moves, mais personne n’a l’air intéressé d’être dans le combat. Ça se termine avec le finish le plus nullos de la soirée, Booty Man fait un roll up sur le Barbarian et DDP fait simplement un ELBOW DROP dans le dos de Booty et Barbarian fait le pin. On est supposé de croire que le Booty Man est KO?

Note : *¼ pour un ou deux move cool. J’ai hâte que ça finisse

WCW United States Championship
Konnan © vs Jushin Thunder Liger



Un Mexicain contre un Japonais pour le titre USA quand même! La WCW évidemment met en avant-plan ses partenariats internationaux en bookant ce genre de combat en disant que c’est ce qui les différencie de la compétition et là-dessus, ils avaient tout à fait raison puisque la WWF allait tenter la même chose, avec moins de succès par la suite. Liger peut tirer un excellent combat de Konnan et honnêtement, à ce stade, j’en ai un peu de besoin.

J’ai trouvé le combat tout à fait correct, mais on voit bien que la chimie entre Konnan et Liger n’est pas tant au rendez-vous. Liger a un style où son in-ring monte graduellement à mesure que le combat avance et Konnan est justement tout le contraire. Encore une fois, je souligne que Konnan n’est pas en forme et peine à suivre Liger dans le ring. Malgré tout, quelques belles prises, quelques beaux spots et un peu de bonne lutte technique au bout de ça. C’est un combat agréable, mais absolument sans histoire. Konnan frappe Liger et plein vol et lui fait ensuite son POWERDROP (Un Crucifix si-out Powerbomb) pour la victoire.

Note : **½, agréable, pas mauvais, mais ça manquait d’émotion, de structure et de cardio pour le champion.

Battle Bowl Battle Royale
Scott Norton vs Ice Train vs Dirty Dick Slater vs Earl Robert Eaton vs Johnny Grunge vs Rocco Rock vs Diamond Dallas Page vs The Barbarian


Wow tout ça pour ça, une bataille royale bourrée de mdicarders. Je ne vois personne remporter ça à part DDP honnêtement et je dois dire, une bataille royale à 8 lutteurs, c’est tout sauf excitant.

Ben c’est à l’image du show, c’est-à-dire, complètement oubliable de la première à la dernière seconde. Ça s’élimine peinard Ménard et tout d’un coup, DDP rentre dans une frenzy de DIAMOND CUTTERS et élimine Ice Train et Johnny Grunge… PAR PIN?!!! J’avoue que j’en ai manqué un bout et la finale se tient entre DDPe t Barbarian, la foule déteste les deux lutteurs et n’en a donc rien à chier. J’aime les deux lutteurs, mais cette finale n’a aucun rythme et dans l’indifférence totale, DDP fait un autre DIAMOND CUTTER au Barbarian pour l’emporter. DDP aura un title shot au Great American Bash?! Eh bien!

Note : Je ne note pas les batailles royales, mais c’était pas très bon.

Main Event
WCW World Heavyweight CHampionship
The Giant © vs Sting

Pas de grosse storyline derrière ce Main Event outré que Lex Luger (Très officiellement face) s’est mis dans les pattes du champion qui lui a fait un CHOKESLAM à travers une table, ce qui explique pourquoi Sting, son meilleur ami, a voulu le venger. Le manager du Giant, Jimmy Hart sera menotté à Lex Luger durant le combat, ce qui pourrait ajouter un peu d’ambiance à la chose. Pour ceux qui l’ignorent, le Giant a profité de la rivalité entre les Horsemen et Hogan pour prendre les titres des mains de Flair et avoir son premier règne de champion du monde. À voir la vitesse des entrées cependant, je pense que ça sera pas très long, ni élaboré comme Main Event. Question, où est Hogan dans tout ça?

Ce n’est pas du tout un grand match entre les deux lutteurs, mais les bookers de ce combat ont définitivement bien ficelé le match, dans sa construction et dans l’overbooking du dernier cinq minutes qui m’apparaît comme la partie la plus réussie du match. Sting est là pour bien faire paraître le Giant, qui est ici considéré comme invincible et on s’entend que Sting dans le passé, a toujours été très compétitif contre les big men. L’histoire de la première partie du combat est donc que Sting ne peut pas rivaliser avec la force du Giant. La deuxième partie du combat se concentre sur la présence de Luger et Hart, qui étonnament ajoute beaucoup au combat. Luger trouve une façon d’aider Sting durant le match pour lui permettre son comeback, il utilise Hart comme bouclier humain ou tasse Sting du danger. Jimmy Hart lui, veut simplement se mettre dans les pattes de Sting pour l’empêcher de faire son gros comeback. Pas de la grande lutte, mais un combat tout à fait divertissant considérant le triste spectacle général du PPV. Le comeback de Sting arrive et ce dernier a la victoire en mains en enfermamt le Giant dans le SCORPION DEATHLOCK, mais sur l’apron, Hart et Luger se tiraillent avec le mégaphone et ils ‘’glissent’’ dans les mains des deux lutteurs pour heurter Sting au visage. Le Giant n’a qu’à faire son CHOKESLAM pour faire le pin et garder le titre. Est-ce que Luger a fait exprès en agissant de la sorte? Est-il vraiment du côté des gentils? Le match a bien travaillé cet aspect et la WCW mettait clairement la table pour la grande surprise de Bash at the Beach.

Note : J’ai été divertit durant la totalité, même si dans les faits, c’était un combat bien peu enlevant dans sa totalité. La WCW n’a pas râté son coup avec le storytelling. **½

Note globale : Slamboree 1996 ne dure que 2h44 et pourtant c’est le PPV le plus long que j’ai pu voir de ma vie. C’est simplement boring de voir ce tournoi de combats par équipe sans véritable enjeu ou émotions, bourrés de lutteurs dont on sait qu’ils ne gagneront rien au final. La WCW aurait gagné à espacer ses top stars, à ne pas mettre Flair, Savage, Anderson et Guerrero dans le même combat et à en offrir un peu plus aux fans. Slamboree est un PPV qui n’en vaut simplement pas la peine.




Vos commentaires
  #2  
Vieux 10/05/2020, 10h23
Samoan
 
Il me semble que Hulk Hogan apparaissait occasionnellement à la WCW entre la fin de sa rivalité avec les Four Horsemen et Dungeon of Doom (qui s’étaient alliés pour mettre fin à la Hulkamania) et son heel-turn à Bash at the Beach 1996.

À mon avis, la WCW et Hulk Hogan commençaient à sentir la lassitude du public à son égard.
Réponse avec citation
  #3  
Vieux 10/05/2020, 14h44
warrior
 
Merci de poursuivre ce travail d'archivage titanesque sur les PPV WCW, je suis en train de me refaire tous les nitros et PPV de la pèriode 1995-2001 et j'ai justement zappé celui-ci quand j'ai vu le concept... par contre ça va beaucoup mieux à partir de GA Bash, des cartes plus équilibrées et cohérentes avec défenses des titres cruiser, tag team, US, World etc.


Pour Hogan, il fait sa dernière apparition avant Bash at the Beach lors d'un Nitro de mi-avril, mentionnant entre les lignes une pause après avoir conclu sa longue guerre avec le Dungeon de Sullivan...Puis pas mal de clips montage pour rappeler son existence mais aucun retour live.
Réponse avec citation
  #4  
Vieux 11/05/2020, 21h19
Jrcthethrill
 
Toujours aussi plaisant à lire, merci Abba
Réponse avec citation
Réponse



Liens sociaux

Navigation Rapide
Précédent   F'N Forum > FN-LUTTE > Chroniques FN-Lutte
Outils de la discussion

Navigation rapide

Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 18h30.

FNNATION.COM
Édité par : vBulletin® version 3.8.9
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Créé par RaZor Edge - Cliquez pour voir le profil

Conception et réalisation: RaZor Edge
Une production: FN-NATION et son équipe
FN-NATION © 2001 - 2020
Un présentation fnnation.com
 
Page generated in 0,07055 seconds with 11 queries