FN-NATION: Accueil du Portail FN-LUTTE: Section lutte : Nouvelles , chroniques, analyses ppv , wwe , tna , etc... FN-JOURNAL : Le FN-Journal : Chroniques sur la musique, la lutte et autres... FN-FORUM: Le FN-FORUM : Discussions pour les membres de la FN-NATION Infos: Pour en savoir plus sur FN-NATION
http://forum.fnnation.com
Précédent   F'N Forum > FN-LUTTE > Chroniques FN-Lutte
S'inscrire FAQ Membres Groupes sociaux Marquer les forums comme lus

Chroniques FN-Lutte Chroniques du staff portant sur la lutte

Goldust : Rétrospective d'une Carrière - P1 1988 à 1992
FN-JOURNAL: Chroniques FN-Lutte

Réponse
 
Outils de la discussion
  #1  
Vieux Chronique de Abba, publiée 21/05/2018, 15h40
Avatar de Abba
Abba Abba est déconnecté
 

Goldust : Rétrospective d'une Carrière - P1 1988 à 1992




C'est en 1988 que débute la carrière de Dustin Rhodes dans le ring, fils du légendaire Dusty Rhodes qui luttait toujours activement à l'époque, Dustin fera ses débuts dans l'ombre. Au contraire de plusieurs ''fils de'', pensons à Erik Watts, qui sont arrivés trop tôt sur des plateformes trop grosses. Non Dustin débute sa carrière en Floride, là où son père a fait sa renommée et travaille déjà avec des lutteurs de qualité tel que Al Perez. Viens une courte passe à la NWA, où Dustin fait équipe avec un autre fils de en la personne de Kendhall Windham, fils de Blackjack Mulligan, frère de Barry Windham. Kendall ne deviendra jamais un lutteur important et en regardant la performance de Dustin, on pourrait bien penser la même chose du fils de Dusty.


Ce combat par équipe tout à fait exécrable est une preuve irréfutable montrant que Rhodes en 1988 n'était pas prêt à faire le saut et que les gènes n'étaient pas assez. Un manque de timing évident, un selling quelconque, une absence de personnalité et un physique mollasson. Peut-être que Rhodes aurait eu un push idiot dès le départ basé seulement sur son héritage familial, mais son père quitte la WCW et Dustin le suit peu de temps après.

Durant l'année 1989, Dustin fait son périple au Japon pour faire une tournée avec la AJPW. Il est difficile de trouver du footage sur une aussi petite période de temps, mais l'on peut déjà voir une amélioration considérable du workrate dans le ring de Dustin lors de ce cobmat contre Davey Boy Smith. Dustin n'a pas plus l'air d'une star, mais son selling est meilleur, sa construction de match est plus solide et ses offensives sont plus crisp. Dustin Rhodes pourrait bien devenir un jour un bon lutteur...


C'est lors de son passage à la USWA que j'ai l'impression que l'on voit finalement émerger quelque chose de plus intéressant pour Dustin. Il devient over. Rhodes s'adapte facilement au style axé sur le brawling de la USWA et devient rapidement un excellent élément pour la compagnie. Rhodes découvre ce qu'il faut pour devenir un face efficace et développe davantage son selling. Il lutte en fait, exactement comme son père. Il est le ''fils de'' et les gens semblent aimer ça. 1990 montre qu'une petite fédération pourrait facilement faire de Dustin une vedette locale et qu'entre de meilleurs mains, Dustin pourrait en donner beaucoup plus. La meilleure façon pour lui d'accéder aux plus hautes sphères de la lutte sera donc par son père.

Les années 90 et 1991 en sera une très importante pour Dustin qui fera ses débuts dans les deux plus grosses fédérations de lutte en Amérique et ce dans un laps de temps très court. 1990 a marqué la dernière année de Dusty Rhodes en tant que lutteur à temps plein. Son passage à la WWF ne sera pas très marquant, mais Dusty va bénéficier d'une longue rivalité avec Ted Dibiase, un des top heel de l'époque. Cette rivalité va culminer au Royal Rumble de 1991 où Dusty, qui en avait assez des interventions de Virgil (Manager de Dibiase), va faire venir son fils pour affronter les deux hommes dans un tag team match. Pour Dustin, ce passage sera de très courte durée, à peine quelques mois, mais elle lui permettra de travailler avec quelques excellents vétérans comme le Brooklyn Brawler, Buddy Rose, Bob Bradley et Pez Whatley.


Rhodes apprend les rouages du métier au bas de l'échelle, dans un rôle adapté à son expérience, les bases sont toutes là et le potentiel est on ne peut plus clair, il pourrait bien être une vedette, mais pas encore pour le niveau de la WWF, la personnalité n'est pas encore assez présente pour qu'il puisse se distinguer. Ce combat contre Dibiase (Mené de main de maître par le vétéran en passant), montre un jeune lutteur qui bien guidé, peut espérer aller au plus haut sommet. Après son premier combat en PPV au Royal Rumble, Dustin et son père quittent pour d'autres cieux, la WCW.

À peine quelques jours après le départ de Dusty Rhodes de la WWF, la légende de la NWA devient booker pour la WCW. Pour Dustin, c'est une situation à double tranchant. Il aura beaucoup d'exposition grâce à son père, mais il doit livrer la marchandise et se faire une vraie place dans le milieu. L'année 1991 ne sera pas la meilleure pour Dustin, il sera mis trop tôt dans un rôle trop grand, il sera pushé comme un jeune prodige à qui tout réussi et sera constamment mis de l'avant, parfois un peu trop. Le summum du push sera au Great American Bash, où Rhodes sera le seul survivant d'un elimination six man tag où il éliminera trois hommes à lui seul tout en intervenant dans un lumberjack match plus tard où il sera encore mis de l'avant. Dusty book son fils contre beaucoup de vétérans et de solides lutteurs, ce qui met Dustin à l'aise dans le ring et lui permet de davantage s'exprimer dans le ring qu'à la WWF.


Ce combat contre Stunning Steve Austin montre qu'au niveau technique, Dustin Rhodes a un attirail plus crisp et crédible. Sauf qu'en tant que top face, il lui manque encore quelque chose, la connection avec les fans n'est pas encore complète. Dustin cependant, utilisera l'année 1991 pour lentement se forger une crédibilité, forcée au départ, mais méritée par la suite.

L'année 1992 sera excellente pour Dustin Rhodes. Ce ne sera pas celle où il atteindra la sommet de ses exploits, mais où il gagnera le plus en crédibilité dans le milieu, mais aussi dans le ring. Plusieurs auraient pu croire que de transférer Rhodes vers la division tag team aurait été une erreur, l'empêchant de se développer en tant que top face, ce qui était visiblement le but de la WCW. Mais cette année axée sur le travail par équipe lui permettra de travailler avec certains des meilleurs lutteurs du monde. Rhodes luttera solo, surtout lors des émissions télés et souvent comme les top heels de la WCW, mais fera la majeure partie des PPV de l'année en équipe avec Barry Windham. Rhodes sera dans le ring avec des lutteurs tels que Arn Anderson, Bobby Eaton, Larry Zbysko, Ricky Steamboat, Shane Douglas, Steve Williams et Terry Gordy dans des affrontements dépassant souvent le 15 mnutes. Définitivement une chance de s'améliorer en plus de passer du temps dans le ring avec un vétéran de la trempe de Barry Windham.



Le combat tag team montre très clairement que Rhodes s'est amélioré littéralement sur tous les points de son jeu de lutteur. L'escapade tag team avec Barry Windham va lui donner un autre morceau du casse-tête qui lui manquait, le timing. Windham était réputé pour faire des combats longs et sans répit et quand on regarde le combat face à Austin en fin 1992, on voit clairement que Rhodes a incorporé un pacing plus rapide à son style. Rhodes améliore également beaucoup son selling et est pushé à un statut qui est finalement équivalent à sa valeur réelle à la WCW. Sa gimmick de pur sang fait maintenant du sens, il a des véritables airs de prodige finalement. À ce rythme l'année 1993 pourrait être la star making du fils de Dusty.



Vos commentaires
  #2  
Vieux 22/05/2018, 00h35
darkside
 
Je trouve que la très longue carrière d'un midcard est souvent la plus intéressante. Hate de voir sa bascule en Goldust.
Réponse avec citation
  #3  
Vieux 22/05/2018, 01h01
Carcajou3
 
Très bonne idée de chronique


Réponse avec citation
  #4  
Vieux 22/05/2018, 20h50
VonDerChuck
 
J'avais vu Dustin pour la première fois à la WWE quand il s'est joint à son père, mais il n'avait pas été marquant. C'est effectivement à la WCW que je l'ai vraiment découvert. En équipe avec Windham, puis des rivalités de midcard intéressantes autour du titre US face à Rick Rude, puis Steve Austin.

Le gentil garçon à papa était presque prêt à monter plus haut quand Hogan est arrivé et a pris tout le spotlight.
Réponse avec citation
  #5  
Vieux 23/05/2018, 03h12
TLC addict
 
Hâte de lire la suite!
Réponse avec citation
  #6  
Vieux 23/05/2018, 05h45
TriplA
 
Bien comme chronique.
C'est toujours cool de voir l'évolution d'un gars avec une carrière aussi longue que celle de Mr Runnels.
Réponse avec citation
  #7  
Vieux 02/06/2018, 14h57
Ralgrad
 
Super chronique, un bon moyen d'avoir une vue globale sur des lutteurs qu'on a pas réellement connu à l'époque.
Réponse avec citation
Réponse



Liens sociaux

Navigation Rapide
Précédent   F'N Forum > FN-LUTTE > Chroniques FN-Lutte
Outils de la discussion

Navigation rapide

Fuseau horaire GMT -5. Il est actuellement 21h10.

FNNATION.COM
Édité par : vBulletin® version 3.8.9
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Créé par RaZor Edge - Cliquez pour voir le profil

Conception et réalisation: RaZor Edge
Une production: FN-NATION et son équipe
FN-NATION © 2001 - 2018
Un présentation fnnation.com
 
Page generated in 0,10877 seconds with 11 queries