FN-NATION: Accueil du Portail FN-LUTTE: Section lutte : Nouvelles , chroniques, analyses ppv , wwe , tna , etc... FN-JOURNAL : Le FN-Journal : Chroniques sur la musique, la lutte et autres... FN-FORUM: Le FN-FORUM : Discussions pour les membres de la FN-NATION Infos: Pour en savoir plus sur FN-NATION
http://forum.fnnation.com
Précédent   F'N Forum > FN-LUTTE > Chroniques FN-Lutte
S'inscrire FAQ Membres Groupes sociaux Marquer les forums comme lus

Chroniques FN-Lutte Chroniques du staff portant sur la lutte

Édition 2017 : 1 moment par pay-per-view 2/2
FN-JOURNAL: Chroniques FN-Lutte

Réponse
 
Outils de la discussion
  #1  
Vieux Chronique de Ralgrad, publiée 24/12/2017, 18h08
Avatar de Ralgrad
Ralgrad Ralgrad est déconnecté
 

Édition 2017 : 1 moment par pay-per-view 2/2




Après une première partie postée y a une semaine, voici la seconde partie de cette nouvelle chronique baptisée simplement "1 moment par pay-per-views".

Comme son nom l'indique, la chronique a pour but de revenir chronologiquement sur l'année qui s'est écoulée, via les pay-per-views de la WWE et de choisir le moment le plus marquant de chaque évènement.

On s'était arrêté sur James Ellsworth volant la vedette à Money In The Bank, on reprend donc avec Great Balls Of Fire, première édition et exclusive à RAW.

Great Balls Of Fire : l'attaque de l'Ambulance



On en a parlé pendant plusieurs jours, on pensait que cela marquait le heel-turn tant attendu de Roman Reigns, mais finalement, cela a juste servi à crédibiliser l'ancien membre du Shield, encore une fois. Là où la WWE a réussie son coup, c'est que Strowman a paru tout aussi puissant et dangereux, se relevant et pouvant se déplacer, alors que l'assaut était plus que brutal. Pour rappel, le samoan perd l'Ambulance Match, mais décide malgré tout à enfermer son adversaire dans le véhicule. Pris de rage, Reigns conduit le camion au parking et décide d'envoyer l'ambulance droit dans un mur, blessant ainsi The Monster Among Men, qui était à l'arrière, subissant d'énorme blessures.

Battleground : Le retour de la Punjabi Prison et son créateur



Il s'agissait du dernier arrêt avant SummerSlam pour les superstars de SmackDown et si cette arrêt a pas vraiment plu, il avait au moins le mérite de susciter l'attention. Notamment par rapport au retour de la Punjabi Prison, inutilisé depuis 2007. Cette sorte de prison a donc été le théâtre de la fin de rivalité opposant Jinder Mahal et Randy Orton, rivalité qui a d'ailleurs peiné à susciter l'attention des fans. Souvent décriée, l'opposition entre les deux hommes a souffert d'un manque d'idée, de matches assez identiques s’étalant sur trois pay-per-views et forcément, Battleground a été la goutte d'eau faisant déborder le vase. Le retour du Great Khali pour un soir a rapidement alimenté quelques rumeurs, mais sans suite. Triste pay-per-view, qui avait malgré tout un potentiel. Mais tout n'est pas noir, on peut s'estimer heureux que cette Punjabi Prison a plutôt bien exploitée.

SummerSlam : Les équipes volent le show



Si le New Day et les Usos ont offert quasiment les meilleurs matches lors des pay-per-views précédant le SummerSlam, les deux équipes ont continué sur leur lancée lors du plus gros show de l'été. Sauf qu'ils étaient cette fois-ci placés dans le kickoff. Pas de soucis pour la division des équipes de la WWE, The Bar et le duo formé par Seth Rollins et Dean Ambrose ont élevé leur niveau pour l'occasion. Au final, c'est ces hommes-là qui ont rehaussé le niveau du SummerSlam, qui aurait vraiment pu offrir plus. Le main-event aurait pu être meilleur, le match opposant Jinder Mahal et Shinsuke Nakamura a beaucoup déçu, sans oublier ce qui est pourtant oubliable, à savoir le combat entre John Cena et Baron Corbin.

No Mercy : La déception de l'année



Ça aurait pu être le pay-per-view de l'année, surpassant même WrestleMania, il n'en fut finalement rien. Il y a eu deux grosses affiches que tout le monde attendait : John Cena contre Roman Reigns et Brock Lesnar contre Braun Strowman. Les promos de John Cena et l'invincibilité de Strowman, lors des segments précédant No Mercy, ont grandement participé à augmenter l'intérêt des fans. Si la soirée s'est très bien passé lors des matches dont l'on attendait rien, la WWE a carrément raté les deux qu'il ne fallait pas, passant au travers des deux principales affiches, conditionnant négativement notre avis sur No Mercy. Bien dommage, car en soit, le show n'était pas mauvais, mais il reste la déception de l'année.

Hell In A Cell : Sauver le soldat Kevin



Je ne pense pas être dans l'abus en disant que le pay-per-view reposait essentiellement sur le match Hell In A Cell entre Shane McMahon et Kevin Owens. À la vue des autres matches, du temps d'antenne accordé aux autres combats, celui mêlant The Prizefighter et Shane-O-Mac était celui qui portait toute la pression de l'évènement. Et on ne va pas se mentir, ils ont délivré un bon combat, une belle prestation et un final qui restera dans les mémoires. Non pas pour le saut du haut de la cage de McMahon, mais pour le sauvetage réalisé par Sami Zayn, venu aider son pire ennemi. Le moment est encore en mémoire, la salle étonnée et bouche bée contemple un Sami Zayn qui ne sait sur le moment, s'il a fait le bon choix.

TLC : Kurt Angle en action



Ça aurait dû être le Shield, ce sera finalement Kurt Angle. Absent pour cause de la maladie, Roman Reigns a été brièvement remplacé par le champion olympique. C'est d'ailleurs ce dernier qui a donné la victoire aux siens. Dans les habits du Shield, The Wrestling Machine a atomisé The Bar avant d'en finir avec The Miz. Le public était aux anges, tandis que certains -dont moi- avaient un petit goût amer, notamment suite à la séquence devenue banale et sans intérêt, voyant Angle quitter le match avant de revenir plus puissant que jamais. Notons que le match de rêve entre les deux anciens leader du Bullet Club, AJ Styles et Finn Bálor, aurait pu prétendre à être le moment phare du pay-per-view, sans oublier les débuts d'Asuka. Quand on y pense, c'était une soirée assez chargé.

Survivor Series : Un bon et étonnant long combat



Non, je ne parle pas du main-event, qui aurait pu être aussi long que le match ayant opposé les superstars masculines de RAW et SmackDown en 2016. Je parle ici de l'affiche entre Brock Lesnar et AJ Styles, qui a collé les gens sur leur chaise pendant plus d'un quart d'heure. C'était à la fois surprenant, beau et frustrant. On avait plus cette habitude de revoir d'aussi longs combats avec le champion universel. Ce dernier a montré -une nouvelle fois- qu'il était capable de se mettre à la hauteur et de délivrer une prestation énorme. On peut désormais s'énerver de ne pas voir cela plus souvent, mais qui sait ? Le Royal Rumble pourrait voir The Beast entrer dans l'arène et y rester autant de temps que lors des Survivor Series, ce serait bien plaisant.

Clash Of Champions : Le clash des arbitres



Difficile honnêtement de trouver un moment incroyable lors du pay-per-view. La victoire de Dolph Ziggler en ouverture du show se fait éclipser rapidement par le clash entre Shane McMahon et Daniel Bryan, même s'il était clairement attendu qu'il se passe quelque chose entre les deux arbitres. Beaucoup sentaient ce clash venir et cela peut amoindrir l'impact du segment. Natalya et son discours après le match a failli m'embarquer, mais ce fut mal amené, mal expliqué également. Au final, je pense qu'on retiendra presque tous le tombé stoppé de Shane McMahon devant un Sami Zayn frustré et un Daniel Bryan étonné. Ce dernier a répondu à sa manière, permettant aux québécois de rester à la WWE, à l'aube de l'année 2018.

Voilà pour cette deuxième partie de la chronique. N'hésitez pas à partager votre avis en commentaire, je vous donne rendez-vous prochainement pour une nouvelle chronique à l'approche du Royal Rumble.



Vos commentaires
  #2  
Vieux 24/12/2017, 19h51
Niiro
 
Pour Great Balls of Fire, j'y ai cru a ce heel turn de Roman Reigns, et j'étais surtout bouche bée de revoir sortir, The Monster Among Men, avec quelques petites égratignures

L'autre moment marquant c'est ... Brock Lesnar vs. AJ Styles, le champion Universal nous as montré qu'il est à la hauteur des grands rendez-vous et peut nous offrir des gros matchs mais je pense pas qu'on reverra un aussi long match avec lui sur le ring
Réponse avec citation
  #3  
Vieux 25/12/2017, 05h05
Ralgrad
 
Citation:
Envoyé par Niiro Voir le message
L'autre moment marquant c'est ... Brock Lesnar vs. AJ Styles, le champion Universal nous as montré qu'il est à la hauteur des grands rendez-vous et peut nous offrir des gros matchs mais je pense pas qu'on reverra un aussi long match avec lui sur le ring
Dommage car je vois pas en quoi ça l'embêterait de faire des longs matches, il est rarement là. C'est la moindre des choses quoi...

Et effectivement, moi qui m'attendait à une destruction pur et simple, j'ai finalement été surpris que ça dure assez longtemps et que le match soit aussi énorme. Ça prouve que la WWE veut pas salir AJ Styles et veut le faire paraitre bien, ça sent la très bonne année 2018 pour lui (victoire à WrestleMania, règne assez long aussi).
Réponse avec citation
  #4  
Vieux 25/12/2017, 06h06
Legendary
 
Brock Lesnar vs AJ Styles le match parfaitement amené avec un Styles dans le rôle de l’underdog ultime qui résiste à la destruction de Lesnar avant de reprendre des couleurs et de faire douter The Beast.
Pour Summerslam j’aurais plutôt mis en avant le fatal 4 way,dans le sens ou ce match à permis à Braun Strowman de s’imposer encore plus comme étant The Monster Among Men, du au fait de la destruction qu’il a infligé à un certain Brock Lesnar que je n'avais que très rarement vu dans un état pareil.
Réponse avec citation
  #5  
Vieux 25/12/2017, 06h14
dapratinho
 
Khali, Shane 2 fois, Angle, Lesnar !

Que des part timers ou pire, ca resume bien l annee et la politique WWE
Réponse avec citation
  #6  
Vieux 25/12/2017, 06h57
Ralgrad
 
Citation:
Envoyé par Legendary Voir le message
Pour Summerslam j’aurais plutôt mis en avant le fatal 4 way,dans le sens ou ce match à permis à Braun Strowman de s’imposer encore plus comme étant The Monster Among Men, du au fait de la destruction qu’il a infligé à un certain Brock Lesnar que je n'avais que très rarement vu dans un état pareil.
Je te cache pas que j'ai hésité. Mais de manière très honnête, la première image de SummerSlam qui me vient en tête, est celle où Rollins fait un springboard suivi d'un frankensteiner sur Cesaro, permettant à l'équipe de revenir.

Citation:
Envoyé par dapratinho Voir le message
Khali, Shane 2 fois, Angle, Lesnar !

Que des part timers ou pire, ca resume bien l annee et la politique WWE
C'est vrai
Réponse avec citation
  #7  
Vieux 25/12/2017, 07h04
TLC addict
 
Alors oui c'est le pre-show donc techniquement pas le PPV, mais pour Summerslam j'aurais pris le public, ou le manque de public, pendant le match Hardys et Jordan vs le Miz et son Miztourage.

On a quand même en dehors de la carte principale l'une des équipes les plus décorées et les plus appréciées de la WWE et le champion Intercontinental, devant une salle quasi vide.

Non seulement c'était marquant, mais ça a relancé le Miz sur le traitement du titre IC et le lendemain il sort l'une des meilleurs promo de 2017 suite à ça.

C'était pas anodin, et ça m'a moi plus marqué. Ca et le ballon de plage dans le public. Quitte à parler du match de The Bar, l'image marquante c'est Cesaro qui détruit le ballon. Une mode qui emmerde les lutteurs et qui a divisé dans les réactions d'après-match. La polémique du ballon méritait sa place sinon.
Réponse avec citation
  #8  
Vieux 25/12/2017, 08h10
Ralgrad
 
Pour Cesaro qui détruit le ballon de plage, je pensais que c'était lors d'un épisode de RAW, pour te dire à quel point j'ai pas été marqué par ça.

Pour la salle vide, y a une explication et je te jure que je ment pas.

Pendant le kickoff (je regarde que celui de WrestleMania et SummerSlam), j'ai été stoppé net dans mon excitation quand j'ai aperçu une putain d'araignée mais genre une grosse toute noire, j'ai arrêter de manger mes doritos (je kiff ces chips) et j'ai dû l'aspirer avec un aspirateur avant de pouvoir reprendre tranquille (sans que mon cerveau soit à fond dans le kickoff, il a fallu attendre le show principal pour que je me reprenne ).

C'est ça l'été une saison que je déteste, vive l'hiver.
Réponse avec citation
  #9  
Vieux 25/12/2017, 08h18
TLC addict
 
Haha la prochaine fois dis juste que tu l'as pas vu. Pour Cesaro peut être que je me trompe, je me rappelle que c'était au Barclays Center mais le Raw suivant était dans la même salle. Moi ça m'est resté pour Summerslam mais je suis pas infaillible.
Réponse avec citation
  #10  
Vieux 25/12/2017, 08h37
Ralgrad
 
Citation:
Envoyé par TLC addict Voir le message
Haha la prochaine fois dis juste que tu l'as pas vu. Pour Cesaro peut être que je me trompe, je me rappelle que c'était au Barclays Center mais le Raw suivant était dans la même salle. Moi ça m'est resté pour Summerslam mais je suis pas infaillible.
Non, le kickoff je l'ai bien vu. Disons que je jetais un regard aux murs et plafond toutes les cinq minutes
Réponse avec citation
Réponse



Liens sociaux

Navigation Rapide
Précédent   F'N Forum > FN-LUTTE > Chroniques FN-Lutte
Outils de la discussion

Navigation rapide

Fuseau horaire GMT -5. Il est actuellement 06h42.

FNNATION.COM
Édité par : vBulletin® version 3.8.9
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Créé par RaZor Edge - Cliquez pour voir le profil

Conception et réalisation: RaZor Edge
Une production: FN-NATION et son équipe
FN-NATION © 2001 - 2018
Un présentation fnnation.com
 
Page generated in 0,11878 seconds with 9 queries