FN-NATION: Accueil du Portail FN-LUTTE: Section lutte : Nouvelles , chroniques, analyses ppv , wwe , tna , etc... FN-JOURNAL : Le FN-Journal : Chroniques sur la musique, la lutte et autres... FN-FORUM: Le FN-FORUM : Discussions pour les membres de la FN-NATION Infos: Pour en savoir plus sur FN-NATION
http://forum.fnnation.com
Précédent   F'N Forum > FN-DIVERTISSEMENT > Arts, littérature, bande dessinée
S'inscrire FAQ Membres Groupes sociaux Marquer les forums comme lus

Arts, littérature, bande dessinée Littérature, musées, théâtre, photographie, bande dessinée.


Topic des Mangas
Arts, littérature, bande dessinée

Réponse
 
Outils de la discussion
Vieux 01/08/2017, 09h13       #31
Ralgrad
Tottenham Boy
F'n staff
 
Avatar de Ralgrad
 
Membre: novembre 2014
Localisation: Sarcelles, Val d'Oise, France
Messages: 3 811
#7 - Death Joke



Introduction :

Après +Anima, qui était sympathique à lire, j’ai voulu continuer sur la même base, lire une série assez courte et pas forcément sérieuse. J’ai choisi Death Joke, parodie du manga Death Note, que j’ai d’ailleurs, déjà lu par le passé. Écrit par Amano Kaito et dessiné par Sakano Hiro, Death Joke comprend seulement trois tomes, tous ont été commercialisé par Gekko, une maison d’édition spécialisée dans les parodies des plus grandes séries de manga.

Le synopsis :

Le manga se focalise sur Puduk (l’équivalent de Ryûk), qui trouve un « Death Book » et désire le donner à Larv (équivalent de Light) et se faire passer pour un méchant Dieu de la Mort.

Malheureusement pour lui, Larv est plutôt intelligent et ne se laisse pas avoir et c’est là, tout le problème. Puduk tentera tant bien que mal à s’imposer dans la relation qui s’établit entre les deux, mais sans succès.

Le parallèle avec Death Note :

L’histoire avance au fil des chapitres et suit celle de Light et Ryûk, personnages du manga Death Note. De nombreux personnages font donc leur apparitions comme Q (équivalent de L) qui devient rapidement très important.

Contrairement à Death Note, cette série est plus rapide à lire, il n’y a pas le côté « enquête », ni le côté « intellect » propre à la série originale, donc il y a moins d'explication et de dialogues.

Le positif et les références à d'autres mangas :

Les dessins sont vraiment simple, pas détaillés et sont parfaitement adaptés à ce style. Les couvertures sont plutôt jolies, notamment celle du premier tome. Sur cette série, il y a clairement plus d’action et moins de dialogue, ce qui est normal, étant donné que le manga s’adresse à un lectorat assez jeune.

Le manga ressemble par moments à un vrai bazar, dans le sens où il y a beaucoup de références aux plus grandes séries, comme Dragon Ball, Saint Seiya ou même Yu-Gi-Oh !, qui accentuent ce côté jeunesse. Les amateurs de shōnen ne seront donc pas perdu dans l’aventure lorsque des personnages issus de cet univers feront leur apparition (car ils jouent un petit rôle chacun).

Trop de faute, un humour limité qui prend pas avec moi :

Bien que j’aime les shōnen, je suis pas forcément habitué à cela, j’ai pas vraiment aimé et donc, ça peut déstabiliser les premières fois. Après, il est possible que certains ne soient pas réticents à cela, ça dépend des goûts.

En revanche, là où Death Joke se plante vraiment, c’est l’humour. C’est vraiment immature, tout le long de la série, il suffit de lire les noms des personnages pour me comprendre.

Ajoutez à cela, l’ennui qui parcours les quelques 170 pages des trois volumes et vous avez là, un mixte de négativité qui procure un réel frein à l’achat. Encore plus, lorsque les fautes d’orthographe font leur apparition à un rythme régulier, à croire que l’éditeur n’en a rien à faire.

Une suite ?

Derrière le dernier tome, on a une indication sur la suite des aventures de Puduk et Larv. En effet, il est écrit que la saison 1 prend fin, annonçant probablement une seconde saison dans un futur plus ou moins proche.

En réalité, il n’en est rien, Gekko a stoppé la commercialisation et les trois tomes sont donc les seuls disponibles, pas forcément une mauvaise idée.

Conclusion :

Si vous aimez les parodies, Death Joke peut largement faire l’affaire. C’est court, sympa et la série ne se prend pas au sérieux, sans forcément être drôle.

Le fait que la saison 2 ne verra probablement jamais le jour peut laisser un goût amer à ceux qui détestent démarrer une série et ne jamais pouvoir la finir.

Sinon, il y a toujours moyen d’aller voir ailleurs, Gekko a commercialisé plusieurs autres parodies, donc il y a du choix. En me lisant, vous aurez compris que je suis pas forcément fan de cette série. J’ai pas grand chose d’autre à dire, la note que j’attribue est ce qu’elle est, à savoir sympathique mais faiblard. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à commenter.

Note :

**

Pour ceux qui veulent se procurer la série :

Éditeur : Gekko
Nombre de tome : 3
__________________
YOU CAME TO THE WRONG NEIGHBORHOOD, MOTHERFUCKER
Ralgrad est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 01/08/2017, 10h26       #32
bookerfan1
Orton's advocate
F'n Freak
 
Avatar de bookerfan1
 
Membre: mars 2008
Messages: 3 097
Citation:
Envoyé par Ralgrad Voir le message
Je continue avec le prochain manga que j'ai lu :

#5 - Deadman Wonderland



Introduction :

Il s’agit de l’un des mangas les plus populaires de ces dernières années : Deadman Wonderland. Jinsei Kataoka pour le scénario et Kazuma Kondou pour les dessins, une association que beaucoup ont déjà vu avec l’adaptation en manga de l’animé Eureka Seven en 2005-2006 (disponible chez Kana). En 2007, les deux artistes recommencent en créant une œuvre originale, mêlant violence, amitié, drame et science. Certes, les auteurs ne pensaient pas que la série allait connaître un aussi grand succès, cependant ils ont tout fait pour. L’histoire est tellement bien racontée, les dessins sont très beaux, la fin des chapitres donne rapidement aux lecteurs l’envie de poursuivre l’aventure, autant de points positifs qui donnent un résultat en or.

C’est comme ça que la série est passée de trois tomes (ce que pensaient les auteurs en créant la fiction) à 13 tomes*.

Scénario :

L’histoire raconte la vie de Ganta Igarashi qui se retrouve en prison après avoir été déclaré coupable du meurtre de toute sa classe. Bien entendu, le lecteur voit clairement que Ganta est victime d’une terrible machination et c’est justement pour sa liberté que le jeune garçon va se battre et tenter de sortir de cette prison spéciale. Oui, spéciale car, il s’agit en faite d’un lieu privé qui s’est construit sur les ruines de la ville de Tokyo après un terrible tremblement de terre qui a ravagé la capitale nippone, dix ans auparavant. Cette prison qui s’appelle Deadman Wonderland est aussi perçue comme un parc d’attraction pour les touristes car des évènements sont organisés avec les prisonniers.

En effet, des jeux pour divertir les spectateurs sont mis en place avec les détenus faisant office de participants. Là encore, la vérité est tout autre, les prisonniers sont en faite, forcés de participer à ces jeux-là qui sont dangereux et mortel. La raison est que pour leur survie, les prisonniers doivent y participer et tenter de gagner les jeux afin de remporter des Cast Points pour pouvoir acheter un bonbon spécial faisant office d’antidote pour éviter au corps de succomber au poison injecté par le biais d’un collier. Ce même collier permet au personnel de connaître la position de tous les détenus. Vous l’aurez compris, il est impossible de sortir de la prison et il faut se battre pour survivre, car tous les trois jours, un antidote est nécessaire sinon le poison prend le dessus sur les défenses naturelles et ça conduit à la mort.

Ganta voit donc sa vie changer en quelques jours, il passe d’une vie normale où il passait son temps à jouer avec ses amis et aller à l’école à tenter de survivre dans une prison où trop souvent, règne l’anarchie. Au milieu de tout cela, il fait la connaissance de beaucoup de personnes avec tous un passé bien différent mais qui ont cependant le même but que lui, retrouver la liberté.

Mon avis :

La série est clairement trop courte et aurait pu être un peu plus longue si les auteurs avaient pris plus de temps pour travailler le passé des différents personnages ainsi qu’exploiter tout ce qui est relatif à l’action, comme les combats issus du Carnival Corpse. Personnellement, Deadman Wonderland apporte ce que je recherche, des dessins magnifiques, une histoire originale, des personnages tous très différents et des surprises, je ne vous en dit pas plus.

*****


Pour ceux qui veulent se procurer la série :Édition : Kana (label Dark Kana)
Nombre de tome : 13

* Interview des deux auteurs par le site internet Manga Mag (http://www.mangamag.fr)
Merci pour ce que tu fait l'ami(e).

Grâce à Netflix, j'ai découvert la série animée mais celle-ci ne va pas au terme de l'histoire. Est-ce que tu as vu l'animée et ton avis face au manga?

Donc, de toute évidence, l'animé a connu une fin brutale et j'ai pas réussi à voir des infos définitives sur ce qui s'est passé.

Mais, est-ce que le manga va au bout de l'histoire?

Et le truc qui me frustre, j'arrive pas à le trouver sur les sites où je lis habituellement mes scans. Si t'as une idée, je suis preneur .
__________________
Autoproclamé BASIC BROCKONOMICS : Eat sleep suplex repeat. Eat Sleep F5 repeat. Eat sleep beat repeat. Eat sleep conquer John Cena
bookerfan1 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 01/08/2017, 10h28       #33
bookerfan1
Orton's advocate
F'n Freak
 
Avatar de bookerfan1
 
Membre: mars 2008
Messages: 3 097
Citation:
Envoyé par Ralgrad Voir le message
J'ajoute que l'animé de Deadman Wonderland ne respect pas trop le manga, donc je déconseille l'anime.
My bad, j'avais raté ce message. Mes autres questions restent.
__________________
Autoproclamé BASIC BROCKONOMICS : Eat sleep suplex repeat. Eat Sleep F5 repeat. Eat sleep beat repeat. Eat sleep conquer John Cena
bookerfan1 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 01/08/2017, 11h13       #34
Ralgrad
Tottenham Boy
F'n staff
 
Avatar de Ralgrad
 
Membre: novembre 2014
Localisation: Sarcelles, Val d'Oise, France
Messages: 3 811
Le manga va vraiment au bout, contrairement à l'animé qui respecte vraiment pas.

Pour un site de scan, il y a celui-ci qui a l'air bien : http://m.japscan.com/mangas/deadman-wonderland/

Tu peux lire les mangas, chapitre par chapitre (sur la page, descend vers le bas pour voir les premiers chapitres).

Mais je sais pas trop si c'est bien scanné ou pas, je lis pas en scan.
__________________
YOU CAME TO THE WRONG NEIGHBORHOOD, MOTHERFUCKER
Ralgrad est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 01/08/2017, 12h16       #35
g-sty
Faustinette
F'n Freak
 
Avatar de g-sty
 
Membre: janvier 2009
Localisation: Marseille
Messages: 3 406
Japscan est un site assez bon pour lire les scans. J'y ai récemment lu Beck, Akira et démarré dessus Ippo. Le zoom pour les pages doubles est bien calibré, il n'y a pas besoin de déplacer l'image pour voir un côté qui déborde. Par contre, quand j'ai lu Eyeshield 21, les tomes n'y étaient pas tous et j'ai attendu quelques semaines le temps qu'ils finissent de les poster. Bien que le site puisse paraître complet, il faut s'attendre à ce que certains mangas ne soient encore tous postés dans leur intégralité.
__________________
g-sty est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 01/08/2017, 13h48       #36
Ralgrad
Tottenham Boy
F'n staff
 
Avatar de Ralgrad
 
Membre: novembre 2014
Localisation: Sarcelles, Val d'Oise, France
Messages: 3 811
Citation:
Envoyé par g-sty Voir le message
Japscan est un site assez bon pour lire les scans. J'y ai récemment lu Beck, Akira et démarré dessus Ippo. Le zoom pour les pages doubles est bien calibré, il n'y a pas besoin de déplacer l'image pour voir un côté qui déborde. Par contre, quand j'ai lu Eyeshield 21, les tomes n'y étaient pas tous et j'ai attendu quelques semaines le temps qu'ils finissent de les poster. Bien que le site puisse paraître complet, il faut s'attendre à ce que certains mangas ne soient encore tous postés dans leur intégralité.
La plupart des séries que tu cite, je compte les lires dans un futur proche.

Le seul soucis, ça va être pour Beck, vu que c'est un manga, on peut pas savoir ce qu'il chante et c'est là où l'imagination prend le relai.

Personnellement, j'ai la chance d'habiter près d'une bibliothèque qui propose énormément de séries différentes, ça me permet d'éviter les scans.
__________________
YOU CAME TO THE WRONG NEIGHBORHOOD, MOTHERFUCKER
Ralgrad est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 01/08/2017, 16h24       #37
g-sty
Faustinette
F'n Freak
 
Avatar de g-sty
 
Membre: janvier 2009
Localisation: Marseille
Messages: 3 406
Citation:
Envoyé par Ralgrad Voir le message
La plupart des séries que tu cite, je compte les lires dans un futur proche.

Le seul soucis, ça va être pour Beck, vu que c'est un manga, on peut pas savoir ce qu'il chante et c'est là où l'imagination prend le relai.

Personnellement, j'ai la chance d'habiter près d'une bibliothèque qui propose énormément de séries différentes, ça me permet d'éviter les scans.
Tu as mis le point dessus. La réaction peut totalement changer d'une personne à une autre. Pour ma part, j'étais un fou de l'anime et aimait bien les OST. Mais après un quatrième visionnage, je me suis dit qu'il fallait absolument que je le lise sachant que l'anime ne couvrait que le premier tiers de l'œuvre originale. Et dans ma lecture, la plupart du temps, j'avais en tête certaines musiques, ça compense d'une certaine manière

Sinon, je suis un peu mort là, mais si j'y pense, je ferais un résumé.
__________________
g-sty est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 02/08/2017, 01h03       #38
Ralgrad
Tottenham Boy
F'n staff
 
Avatar de Ralgrad
 
Membre: novembre 2014
Localisation: Sarcelles, Val d'Oise, France
Messages: 3 811
Citation:
Envoyé par g-sty Voir le message
Sinon, je suis un peu mort là, mais si j'y pense, je ferais un résumé.
Avec plaisir.

La prochaine review que je posterai sur ce topic concernera Yu Yu Hakusho.

Probablement le manga le plus connus avec Death Note et Deadman Wonderland (parmi ceux que j'ai lu sur ce topic).
__________________
YOU CAME TO THE WRONG NEIGHBORHOOD, MOTHERFUCKER
Ralgrad est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 02/08/2017, 01h12       #39
darkside
Maitre du Bestiaire
F'n staff
 
Avatar de darkside
 
Membre: juin 2002
Messages: 7 516
oH YES Yu Yu Hakusho ! Le DBZ bis n'ayant jamais eu les mêmes honneurs en dehors du Japon. J'ai la série en anime et c'est vraiment pas mal (pour le genre).
__________________
[SIGPIC][/SIGPIC]
There no where to run there no where to hide from the man from the darkside...REST IN PEACE
darkside est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 02/08/2017, 01h20       #40
Ralgrad
Tottenham Boy
F'n staff
 
Avatar de Ralgrad
 
Membre: novembre 2014
Localisation: Sarcelles, Val d'Oise, France
Messages: 3 811
Citation:
Envoyé par darkside Voir le message
oH YES Yu Yu Hakusho ! Le DBZ bis n'ayant jamais eu les mêmes honneurs en dehors du Japon. J'ai la série en anime et c'est vraiment pas mal (pour le genre).
Oui, c'était clairement le shonen des années 90.

En France, ça a été mis en valeur par le club Dorothée, mais difficile de pas se faire éclipser par Dragon Ball, Saint Seiya ou même Olive Et Tom (surtout aux alentours de la Coupe du Monde 1998).

EDIT : Johnny B. Brand m'a informé que c'était pas le club Dorothée qui en était le diffuseur. My Bad.
__________________
YOU CAME TO THE WRONG NEIGHBORHOOD, MOTHERFUCKER

Dernière modification par Ralgrad ; 02/08/2017 à 06h28.
Ralgrad est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/08/2017, 05h53       #41
bookerfan1
Orton's advocate
F'n Freak
 
Avatar de bookerfan1
 
Membre: mars 2008
Messages: 3 097
Merci pour le lien de scans.

Un manga que je compte lire, c'est "Diamond no Ace". J'ai commencé par l'anime. Ça a été un coup de foudre surtout que je cherchais méchamment un manga sympa de sport.

Comme l'histoire a pas l'air fini, je vais continuer avec le manga.
__________________
Autoproclamé BASIC BROCKONOMICS : Eat sleep suplex repeat. Eat Sleep F5 repeat. Eat sleep beat repeat. Eat sleep conquer John Cena
bookerfan1 est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/08/2017, 08h01       #42
Ralgrad
Tottenham Boy
F'n staff
 
Avatar de Ralgrad
 
Membre: novembre 2014
Localisation: Sarcelles, Val d'Oise, France
Messages: 3 811
Citation:
Envoyé par bookerfan1 Voir le message
Merci pour le lien de scans.

Un manga que je compte lire, c'est "Diamond no Ace". J'ai commencé par l'anime. Ça a été un coup de foudre surtout que je cherchais méchamment un manga sympa de sport.

Comme l'histoire a pas l'air fini, je vais continuer avec le manga.
De rien

Dans le même genre de manga de baseball, je connais Go and Go, mais pas du tout connu du grand public.
__________________
YOU CAME TO THE WRONG NEIGHBORHOOD, MOTHERFUCKER
Ralgrad est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/08/2017, 08h12       #43
JvAurel
Usager régulier
 
Avatar de JvAurel
 
Membre: août 2013
Localisation: Toulouse
Messages: 709
Citation:
Envoyé par g-sty Voir le message
Tu as mis le point dessus. La réaction peut totalement changer d'une personne à une autre. Pour ma part, j'étais un fou de l'anime et aimait bien les OST. Mais après un quatrième visionnage, je me suis dit qu'il fallait absolument que je le lise sachant que l'anime ne couvrait que le premier tiers de l'œuvre originale. Et dans ma lecture, la plupart du temps, j'avais en tête certaines musiques, ça compense d'une certaine manière

Sinon, je suis un peu mort là, mais si j'y pense, je ferais un résumé.
Oh putain un fan de Beck ! C'est l'œuvre qui m'a le plus influencé dans ma vie et qui m'inspire encore maintenant. Comme tu le dis, lire le manga après avoir vu l'anime facilite les choses vu que tu as les chansons en tête, même s'il y a des petites différences.
Après, là où y a une nuance, c'est que Beck est pas vraiment un manga sur la musique mais un manga sur fond de musique. Le scénario est beaucoup plus centré sur les relations et le développement des personnages que sur la musique en elle-même, les pages de concerts sont d'ailleurs assez courtes.
Je laisse la review à G-sty s'il veut la faire mais je conseille fortement le manga, il est dans mon top 5 perso.
JvAurel est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 03/08/2017, 08h26       #44
Ralgrad
Tottenham Boy
F'n staff
 
Avatar de Ralgrad
 
Membre: novembre 2014
Localisation: Sarcelles, Val d'Oise, France
Messages: 3 811
J'en ferai également une quand je l'aurais lu.

Par contre, moi qui a l'habitude de lire d'abord (puis ensuite de regarder l'animé), je pense faire une exception pour Beck, étant donné ça me permettra de mieux digérer le manga papier.
__________________
YOU CAME TO THE WRONG NEIGHBORHOOD, MOTHERFUCKER
Ralgrad est déconnecté   Réponse avec citation
Vieux 04/08/2017, 14h06       #45
g-sty
Faustinette
F'n Freak
 
Avatar de g-sty
 
Membre: janvier 2009
Localisation: Marseille
Messages: 3 406
Beck



Beck est un manga écrit et dessiné par Harold Sakuishi (de son vrai prénom Takahiro) dès 1999, composé de 34 tomes édités intégralement chez Delcourt. Il raconte les aventures d’un adolescent de 14 ans, Yukio Tanaka, dit Koyuki, de sa découverte de la culture rock à son intégration dans un groupe de rock éponyme au nom de l’œuvre avec les succès et les mésaventures du milieu. De nombreuses références à différents groupes allant de Led Zeppelin à Rage Against the Machine sans oublier les Red Hot Chili Peppers (qui a inspiré l’auteur sur le groupe Beck) sont présentes bien certains personnages puissent à certains moments d’autres musiciens. Des artistes défunts comme John Lennon, Freddy Mercury, Bob Marley et bien d’autres sont également évoqués dans le manga. De plus, le nom de l’œuvre a pour origine le nom de Jeff Beck, guitariste des Yardbirds.

Si le manga étale principalement des références rock, d’autres domaines s’y trouvent également comme le football avec des dessins de Ronaldinho, Djibril Cissé ou bien Thierry Henry et plus étonnant, le catch. On peut voir un professeur citer Karl Gotch limite comme si c’était un philosophe, deux loubards qui évoquent les frères Funk à l’époque des territoires US, certaines prises de catch et les premiers dessins apparaissent plus tard dont des présentes récurrentes d’Hiroyoshi Tenzan, reconnaissable entre mille avec sa coupe de cheveux, Jake Roberts, ou The Rock en plus de logos parsemés par-ci, par là.

L’histoire commence donc avec Yukio Tanaka, adolescent tokyoïte de 14 ans introverti et à l’esprit rêveur. Sa rencontre avec un chien (Beck) et son propriétaire, Ryusuke Minami va bouleverser sa vie. A la suite de cet évènement, il va découvrir et développer une passion pour le rock notamment en jouant de la guitare jusqu’à rejoindre Ryusuke dans un groupe nommé Beck (Mongolian Chop Squad en dehors du Japon) comme le chien de celui-ci. Cependant, en raison de sa nature timorée, il connaîtra diverses péripéties à travers ses relations avec les gens où il se retrouvera souvent dans des situations plus embarrassantes qu’elles ne l’étaient auparavant. Mais par sa vocation, Koyuki va commencer à s’ouvrir et exprimer davantage sa personnalité qui ne va pas laisser indifférent les personnes qui le rencontreront.

Mon avis : un manga riche en émotions, très fidèle à l’univers rock. En plus de nombreuses références à des artistes de la scène et leurs instruments fétiches, on peut reconnaître les difficultés de construire un groupe indépendant avec les nombreux coûts à gérer, la nécessité de percer rapidement dans le milieu, la pression familiale, la scolarité, l’alcoolisme, les relations du business et les coups bas notamment avec l’excellent personnage du manager Mr Ran ou encore le mystérieux Leon Sykes ainsi que les tensions internes. Le fait de ne pas être un fan de rock n’est pas forcément une nécessité pour suivre l’aventure moi-même étant un exemple. C’est justement le manga qui m’a ouvert davantage à cet univers que je méconnaissais (et méconnaît encore) et j’ai pu m’identifier facilement à Koyuki par la découverte du rock et son appréciation. D’ailleurs, c’est un personnage très attachant où l’on peut autant compatir pour lui devant ses difficultés (guitare cassée à rembourser, racket, les amours et j’en passe) qu’en rire. Son évolution à travers le long du manga est toute épatante et bien gérée sur la longueur tout comme sa relation avec Maho.

Les autres personnages sont aussi plaisants comme Ryusuke qui a le profil type du vieux cliché de rockstar ou Chiba, le mec qui veut réussir principalement pour profiter des avantages qu’apporte la renommée. Les autres membres, Saku, le meilleur ami de Koyuki et Taira, sont d’un tempérament plus calme mais sont facilement intégrés dans l’alchimie du groupe.

Là où l’auteur a le plus réussi à mon goût est dans l’expression des sentiments de ses personnages et aussi dans les relations humaines. C’est difficile de ne pas rester sans réaction à chaque action ou de s’interroger. Egalement, il a su vraiment donner une aura de groupe international aux Dying Breed alors qu’il est difficile de percevoir leur talent à l’écoute.

Naturellement, en lisant, on ne peut entendre les musiques mais les dessins sont faits en sorte de retransmettre au mieux l’adrénaline des musiciens lorsqu’ils jouent. Avoir vu l’anime peut aider à apprécier ces moments si l’on a le son joué en tête et que l’on peut identifier ceux de l’anime à ceux de la version papier (ex : assimiler que la chanson « Face » (anime) à la chanson « Sister » (manga)). Toutefois, les limites se feront sentir du fait que l’anime ne recouvre que les douze premiers tomes en plus de brièvement résumer certains éléments du tome 13. Du coup, des chansons comme « Babystar » n’ont pas de sonorité équivalente. Bien entendu, l’interprétation de ces scènes est totalement propre au lecteur et pourra les apprécier à sa manière. Après, les scènes ne s’éternisent pas et on peut en profiter pour chercher des références incrustées sur certaines planches dont une personnalité qui reçoit un mauvais dans un pogo.

Le rêve était un moment sacrément fort du manga que j’ai bien apprécié en partie pour l’effet de style des dessins en plus de la moralité apportée dont j’ai un peu trop imprégnée en moi va-t-on dire. Son exploitation à diverses reprises m’est parue bien subtile et maîtrisée avec parcimonie à travers ses diverses interprétations et les indices donnés au fur et à mesure.
Un autre point fort est l’importance et la valeur qu’ils ont su ajouter aux différents évènements. Par exemple, la dramaturgie portée sur une non-participation au Greatful Sound a été assez marquante.

Si j’ai quelque chose à reprocher après réflexion, le schéma de leurs aventures me paraît assez répétitif avec une période de crise dans le groupe pour ensuite se relever lorsqu’il est au plus bas avec des paris insensés et réussit à battre des records d’affluence de façon totalement miraculeuse même si les raisons du phénomène sont généralement justifiées de façon propre. On peut aussi regretter l’absence de paroles des chansons via les bulles pour en connaître davantage le sens et le message transmis.

Beck est une expérience sensationnelle à vivre sur ses aspects humains montrés à travers toute l’œuvre que je recommande à tous.

Ma note : ****1/4
__________________
g-sty est déconnecté   Réponse avec citation
Réponse



Liens sociaux

Navigation Rapide
Précédent   F'N Forum > FN-DIVERTISSEMENT > Arts, littérature, bande dessinée

Outils de la discussion

Navigation rapide

Fuseau horaire GMT -5. Il est actuellement 06h11.



FNNATION.COM
Édité par : vBulletin® version 3.8.9
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd. Tous droits réservés.
Créé par RaZor Edge - Cliquez pour voir le profil

Conception et réalisation: RaZor Edge
Une production: FN-NATION et son équipe
FN-NATION © 2001 - 2016
Un présentation fnnation.com
 
Page generated in 0,08022 seconds with 10 queries